Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ? (2ème partie)

Le collectif Chartres de Bretagne
Pétition Anti-Linky

Nous contacter : collectifchartresdebretagne@gmail.com

Nous avions mis en ligne, il y a quelques mois, un article expliquant les raisons des disjonctions plus fréquentes avec le compteur/capteur Linky en raison du changement de puissance mesurée.
En effet, le Linky ne mesure plus la puissance active (kW) comme le faisaient les compteurs électromécaniques et électroniques, mais la puissance apparente (kVA).  Nous avons pu vous montrer qu’en fonction des appareils utilisés, et du phénomène de déphasage lié à la notion de cosinus phi, la mesure de la puissance soutirée n’était plus la même avec le Linky. Bien entendu, cela n’est pas à l’avantage du consommateur.

Il faut également savoir qu’avec l’arrivée du Linky, la disjonction en cas de dépassement de la puissance souscrite de l’abonnement, ne se produit plus de la même manière qu’avec les compteurs d’anciennes générations.

Pour faire simple, avec les compteurs électromécaniques et électroniques, c’est le disjoncteur qui était chargé de la disjonction en cas de dépassement de la puissance souscrite, désormais, avec le Linky, le disjoncteur est dispensé de cette fonction au profit de l’organe de coupure intégré au Linky.

Explications
Tout logement est pourvu d’un compteur et d’un disjoncteur, ce dernier se chargeant de disjoncter lorsqu’il y a dépassement de puissance. Que l’on ait un compteur électromécanique (bleu) ou électronique (blanc), le disjoncteur est le seul dispositif pouvant couper l’alimentation électrique d’un logement, le compteur électrique ne peut techniquement pas le faire.

Compteur électromécanique

Compteur électronique

 

Compteur Linky

L’une des grandes différences technologiques entre les anciens compteurs et le capteur communicant Linky est la présence d’un organe de coupure faisant office de disjoncteur.
L’organe de coupure se trouve au centre de l’image ci-dessous (détails internes du compteur Linky).

Exemple avec un logement ayant souscrit un abonnement à 6 kVA

Prenons un exemple concret pour démontrer l’arnaque utilisée par Enedis avec le cas d’un logement disposant d’un abonnement à 6 kVA, qui rappelons-le, était un 6 kW il y a quelques années, avant qu’Enedis ne change l’unité de mesure unilatéralement !

Dans un logement équipé d’un compteur classique (électromécanique ou électronique), la disjonction s’effectue sur l’intensité atteinte (exprimée en Ampères). Dans le cas d’un abonnement à 6 kVA (anciennement 6 kW), le disjoncteur est réglé sur 30 A. Un tableau de correspondance est disponible plus bas dans l’article.

Le même logement, désormais équipé d’un compteur/capteur Linky, ne réagira plus de la même façon. En effet, c’est désormais le compteur Linky qui va se charger de mesurer la valeur de l’abonnement mais il n’est plus calibré sur l’intensité (en Ampères), mais sur la puissance apparente (en kVA ou VA).
L’abonnement étant à 6 kVA, la disjonction interviendra à 6000 VA.

Comparons le fonctionnement des deux types de compteurs. L’un est calibré en Ampères, l’autre en VA (Volt Ampère). Or, une valeur de 30 A n’est pas égale à 6 kVA (ou 6000 VA).

Nous allons utiliser la formule de physique adaptée au calcul de la puissance, de l’intensité et/ou de la tension afin de vous démontrer l’arnaque d’Enedis vis à vis des consommateurs.

La formule physique est S = U x I
– S étant la Puissance apparente (Volts Ampères)
– U étant la Tension (Volts)
– I étant l’Intensité (Ampères)

Dans le cas des compteurs classiques, on multiplie la Tension (230 V) par l’Intensité (30A) maximum du disjoncteur. On obtient une valeur de 6900 VA (ou 6,9 kVA).

En ce qui concerne le compteur Linky, nous connaissons la Tension (230 V) et la Puissance Apparente (6 kVA ou 6000 VA), la formule  va nous permettre de calculer l’Intensité du courant. La formule consiste donc à diviser la Puissance (6000 VA) par la Tension (230 V), et cette fois nous trouvons une valeur de … 26,08 A.

 

 

Bilan des calculs

Avec les anciens compteurs les valeurs maximales avant disjonction étaient de 30 A ou 6900 VA, avec le Linky les valeurs sont désormais de 26 A et 6000 VA soient … 13% de moins.

Ci-dessous, les tableaux complets suivants le type d’abonnement avec compteur monophasé ou triphasés.

Et la comparaison entre les deux tableaux où l’on constate clairement la perte de 13%.

On peut donc affirmer que la puissance autorisée par les Linky est inférieure de 13% à celle des autres compteurs d’où les disjonctions fréquentes dès l’installation des Linky chez un grand nombre d’usagers.

Complément d’information sur un document de Next-Up.

Télécharger la version PDF de cet article.

 

Publicités