Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ? (2ème partie)

Le collectif Chartres de Bretagne
Pétition Anti-Linky

Nous contacter : collectifchartresdebretagne@gmail.com

Nous avions mis en ligne, il y a quelques mois, un article expliquant les raisons des disjonctions plus fréquentes avec le compteur/capteur Linky en raison du changement de puissance mesurée.
En effet, le Linky ne mesure plus la puissance active (kW) comme le faisaient les compteurs électromécaniques et électroniques, mais la puissance apparente (kVA).  Nous avons pu vous montrer qu’en fonction des appareils utilisés, et du phénomène de déphasage lié à la notion de cosinus phi, la mesure de la puissance soutirée n’était plus la même avec le Linky. Bien entendu, cela n’est pas à l’avantage du consommateur.

Il faut également savoir qu’avec l’arrivée du Linky, la disjonction en cas de dépassement de la puissance souscrite de l’abonnement, ne se produit plus de la même manière qu’avec les compteurs d’anciennes générations.

Pour faire simple, avec les compteurs électromécaniques et électroniques, c’est le disjoncteur qui était chargé de la disjonction en cas de dépassement de la puissance souscrite, désormais, avec le Linky, le disjoncteur est dispensé de cette fonction au profit de l’organe de coupure intégré au Linky.

Explications
Tout logement est pourvu d’un compteur et d’un disjoncteur, ce dernier se chargeant de disjoncter lorsqu’il y a dépassement de puissance. Que l’on ait un compteur électromécanique (bleu) ou électronique (blanc), le disjoncteur est le seul dispositif pouvant couper l’alimentation électrique d’un logement, le compteur électrique ne peut techniquement pas le faire.

Compteur électromécanique

Compteur électronique

 

Compteur Linky

L’une des grandes différences technologiques entre les anciens compteurs et le capteur communicant Linky est la présence d’un organe de coupure faisant office de disjoncteur.
L’organe de coupure se trouve au centre de l’image ci-dessous (détails internes du compteur Linky).

Exemple avec un logement ayant souscrit un abonnement à 6 kVA

Prenons un exemple concret pour démontrer l’arnaque utilisée par Enedis avec le cas d’un logement disposant d’un abonnement à 6 kVA, qui rappelons-le, était un 6 kW il y a quelques années, avant qu’Enedis ne change l’unité de mesure unilatéralement !

Dans un logement équipé d’un compteur classique (électromécanique ou électronique), la disjonction s’effectue sur l’intensité atteinte (exprimée en Ampères). Dans le cas d’un abonnement à 6 kVA (anciennement 6 kW), le disjoncteur est réglé sur 30 A. Un tableau de correspondance est disponible plus bas dans l’article.

Le même logement, désormais équipé d’un compteur/capteur Linky, ne réagira plus de la même façon. En effet, c’est désormais le compteur Linky qui va se charger de mesurer la valeur de l’abonnement mais il n’est plus calibré sur l’intensité (en Ampères), mais sur la puissance apparente (en kVA ou VA).
L’abonnement étant à 6 kVA, la disjonction interviendra à 6000 VA.

Comparons le fonctionnement des deux types de compteurs. L’un est calibré en Ampères, l’autre en VA (Volt Ampère). Or, une valeur de 30 A n’est pas égale à 6 kVA (ou 6000 VA).

Nous allons utiliser la formule de physique adaptée au calcul de la puissance, de l’intensité et/ou de la tension afin de vous démontrer l’arnaque d’Enedis vis à vis des consommateurs.

La formule physique est S = U x I
– S étant la Puissance apparente (Volts Ampères)
– U étant la Tension (Volts)
– I étant l’Intensité (Ampères)

Dans le cas des compteurs classiques, on multiplie la Tension (230 V) par l’Intensité (30A) maximum du disjoncteur. On obtient une valeur de 6900 VA (ou 6,9 kVA).

En ce qui concerne le compteur Linky, nous connaissons la Tension (230 V) et la Puissance Apparente (6 kVA ou 6000 VA), la formule  va nous permettre de calculer l’Intensité du courant. La formule consiste donc à diviser la Puissance (6000 VA) par la Tension (230 V), et cette fois nous trouvons une valeur de … 26,08 A.

 

 

Bilan des calculs

Avec les anciens compteurs les valeurs maximales avant disjonction étaient de 30 A ou 6900 VA, avec le Linky les valeurs sont désormais de 26 A et 6000 VA soient … 13% de moins.

Ci-dessous, les tableaux complets suivants le type d’abonnement avec compteur monophasé ou triphasés.

Et la comparaison entre les deux tableaux où l’on constate clairement la perte de 13%.

On peut donc affirmer que la puissance autorisée par les Linky est inférieure de 13% à celle des autres compteurs d’où les disjonctions fréquentes dès l’installation des Linky chez un grand nombre d’usagers.

Complément d’information sur un document de Next-Up.

Télécharger la version PDF de cet article.

 

Publicités

49 réflexions sur “Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ? (2ème partie)

  1. Bonjour,

    Pour commencer, le disjoncteur ne sert pas à couper le courant lorsque l’on dépasse la puissance notre abonnement, il s’agit d’un organe de protection des biens et des personnes. Il sert à protéger nos circuits électrique contre les surcharges (disjoncteur thermique), les courts-circuits (disjoncteur magnétique) et contre les courants de fuite (disjoncteur différentiel).
    De plus les disjoncteur de calibre 30A n’existe pas en réalité, il s’agit en fait de disjoncteur 32A avec une « étiquette » 30A. Aucun fabriquant ne fait réellement du 30A que ce soit Schneider, Legrand ou Hager.
    Les disjoncteurs abonné ont toujours pris en compte la puissance apparente comme le linky actuellement (puissance apparente que l’on note S et non P comme cela à été fait dans cet article, par ailleurs S=V*I et P=V*I*cos(phi) en monophasé).
    La partie thermique du disjoncteur s’échauffe à cause du courant électrique qui le traverse. Or il s’agit bien du courant total soit le courant apparent issu de la puissance apparente.
    Les compteurs linky prennent en charge la partie thermique des disjoncteurs en gardant les mêmes courbes de fonctionnement (ou de déclenchement). C’est à dire que si le dépassement est léger le temps avant coupure va être long et inversement.

    Si nous avons des points de vu technique différent, je serai très heureux d’en débattre.
    Cordialement,
    Thomas B.

    J'aime

    1. Bonjour,

      Merci pour votre contribution. Vous avez raison, la puissance apparente se nomme S, soyons précis sur ce point. Nous venons de corriger le document.
      En ce qui concerne votre remarque relative au fait que le disjoncteur ne permettrait pas de couper le courant lorsque l’on dépasse la puissance de l’abonnement souscrit, nous ne sommes évidement pas du tout d’accord avec vous. Si tel n’était pas le cas, expliquez nous alors comment le courant serait coupé en cas de dépassement ?
      Les anciens compteurs n’intégrant pas les composants matériel pour assurer cette disjonction, nous serions curieux de comprendre comment vous envisagez la disjonction avec les compteurs électromécaniques et électroniques. Nous vous rappelons que le disjoncteur se nomme … disjoncteur et sa fonction est de disjoncter !
      Certes, le disjoncteur permet de protéger les circuits électriques mais également de disjoncter en cas de dépassement de puissance.
      Vous nous apprenez que le calibrage est à 32 A pour un abonnement à 6 kVA (ou plus exactement à 6 kW en réalité sans Linky) au lieu de 30 A.
      Très bien, avez-vous des documents sur le sujet, et quelles sont les valeurs d’intensité autorisées pour les autres abonnements à 3, 9, 12, 15, 18 … kVA (ou kW) ?
      Quand bien même cela serait vrai, cela signifierait que l’arnaque Linky est encore plus importante que nous le pensions, en effet, la différence ne serait plus de 13% au désavantage du possesseur d’un Linky mais de 18,5 %.
      Vous affirmez que la mesure de la puissance serait la même entre les anciens compteurs et les Linky, imaginons que cela soit réellement le cas, ce que nous contredisons totalement, comment expliqueriez vous la réalité, à savoir que les usagers sont confrontés à des disjonctions fréquentes dès l’installation du Linky dans leur logement alors que cela n’était pas le cas avant ?
      Il ne s’agit pas de cas exceptionnels, mais les proportions sont tellement importantes qu’elles ne peuvent être négligées. Les chiffres dont nous avons connaissance, indiquent que 10 à 30% des foyers (selon les sources) rencontreraient ce phénomène nouveau de disjonction. Les cas sont extrêmement nombreux, y compris et même plus encore sur le triphasé, les commerçants sont très touchés par ce problème.
      Merci de nous apporter vos explications, mais les faits sont là et les faits sont têtus et surtout il représentent la réalité du terrain quoi que vous en disiez ou en pensiez.
      Bonne journée.

      J'aime

    2. Bonjour,

      Desolé de vous contredire fermement, le disjoncteur d’abboné fourni par EDF avait le role :
      – De couper l’approvisionnement en éléctricité au dépassement du contrat souscrit, ce disjoncteur était calibré et plombé par l’EDF, calibré sur 30, 45, 60 Ampères respectivement pour les contrats souscrits de 6, 9 ou 12 kW ou kVA.

      – En cas de cour circuit franc coté client il sautait ainsi il protégait le reseau de distribution EDF, afin que le client ne puis perturber la distribution EDF pour les autres usagers.

      – En cas de fuite a la terre coté client il disjonctait afin que ce défaut de terre chez le client ne soit pas injecté vers le reseau EDF, au poste de transformation EDF 20.000 Volts primaire secondaire 3 x 400 Volts entre phases plus neutre, en general le point commun du couplage ETOILE secondaire du transfo (le primaire 20.000 Volts est en TRIANGLE) appelé NEUTRE est relié a la TERRE ce qui fait un point de réference, il n’est pas question qu’un client en défaut de terre INJECTE sa propre mise a la terre sur ce NEUTRE EDF mis a la terre au poste de transformation.

      Voila le rôle du disjoncteur d’abbonné, c’est pas pour rien qu’il doit être conforme a ce que EDF exige de lui, en general il est fourni, installé, réglé et plombé par l’EDF.

      Si ce dernier a un problème il est précedé par des fusibles EDF classe D (ils sont un peu plus longs a fondre) placés dans une boite plombée par l’EDF.

      Concernant la protection de l’installation interne du client de ses differents lignes de prises, éclairage, chauffage, des fusibles ou des disjoncteurs unipolaires ou bipolaires existent ils sont modulaires en general, la protection en general coupe la phase (on s’électrocute entre la phase et la terre…), donc il est logique de couper toujours la phase, pour des commodités de dépannage en bipolaire l’element déclancheur de la coupure est sur la phase lorsque la coupure s’opère la phase et le neutre sont coupés.

      En unipolaire juste la phase est coupée le neutre continue de passer ce dernier ne represente pas de danger (il est relié a la terre au poste EDF de transformation 3×20.000 / 3×400+ Neutre (couplage etoile) distribution 4 fils. (400 Volts triphasé, 230 Volts mono entre Neutre et une phase quelconque)

      Bonne journée,
      Boris Palmic

      J'aime

  2. Bonjour,

    Je vous remercie d’avoir pris en considération ma remarque.
    À propos du disjoncteur, son but premier est de protéger les circuits contre les surcharges (entre autres). La coupure en cas de dépassement de puissance est un effet « dérivé » de la protection thermique du disjoncteur.
    C’est vrai le disjoncteur se nomme … disjoncteur, je suis par ailleurs épaté par la pertinence de cette remarque. Mais sa fonction est de protéger les biens et les personnes en disjonctant en cas de surcharge, de court-circuit ou de courant de fuite.
    Ce que vous appelez « disjoncter en cas de dépassement de puissance » s’appelle en réalité une protection contre les surcharges.
    Il n’y a pas d’arnaque avec le Linky, c’est juste qu’auparavant le contrôle du dépassement de puissance était assez peu précis (disjoncteur abonné) et que maintenant c’est un microcontrôleur qui mesure précisément le courant et la tension et donc les puissances S, P et Q.
    Je n’ai jamais dit que la mesure était la même entre les anciens compteurs et les Linky, j’ai dit « Les disjoncteurs abonnés ont toujours pris en compte la puissance apparente comme le Linky actuellement ». Je vous somme donc de ne plus déformer mes propos.
    Je ne nie pas les faits, je les reconnais également. Le problème qui n’en est pas un, c’est qu’avant nous dépassions la puissance maximale qui nous était autorisée. Mais aujourd’hui nous ne pouvons plus, car la mesure est bien plus fine avec les Linky.
    Je reconnais bien évidemment que les faits sont là, mais les solutions que vous présentez ne sont pas les bonnes. Je suis moi-même processeur d’un compteur Linky (que je n’ai pas souhaité) et je suis également contre ce nouveau compteur, mais je suis avant tout un électricien et je ne peux pas vous laisser dire des bêtises.

    Bon week-end.

    J'aime

    1. Vos menaces relatives au fait que l’on aurait déformé vos propos sont extrêmement désagréables. Nous ne les avons pas déformés, c’est la compréhension que nous avons eu de ces derniers.
      Vous ne nous avez pas donné de sources sur le calibrage à 32 A pour les abonnements à 6 kW.
      En ce qui concerne vos « informations » sur le fait que les compteurs précédents n’étaient pas précis, et que l’électronique embarquée du Linky le serait, je vous invite à regarder l’étude de l’Université néerlandaise de Twente sur la précisions des compteurs communicants d’électricité.
      Certes, cette étude n’intègre pas le Linky mais elle dénonce des faits importants dans lesquels on constate des mesures totalement faussées surestimant la consommation jusqu’à 582% en plus !!!!!!
      9 modèles ont été testés et analysés en détail en laboratoire. Bilan un seul était juste, 3 compteurs sous-estimaient la consommation (-6%, -31% et -32%) mais 5 compteurs surestimaient la consommation et pas qu’un peu (+475%, +566%, +569%, +581% et +582%) !!!!!!
      On apprend dans l’étude que le mode de mesure est basé sur des capteurs à effet Hall ou des capteurs à effet Roginsky, le Linky ayant une technologie différente puisqu’il est basé sur un shunt (résistance de faible valeur).
      Quoi qu’il en soit, le Linky s’appuie sur de l’électronique comme les compteurs néerlandais et nous connaissons la fiabilité de l’électronique, à fortiori pour les compteurs soumis à des conditions climatiques difficiles (pluie, humidité, gel … ) lorsqu’ils sont à l’extérieur et on est donc en droit de douter quant à la fiabilité de ces compteurs et que finalement celle des anciens compteurs, peut être archaïque, serait peut-être plus fiable.
      Cela signifie que 89% des compteurs communicants analysés dans cette étude n’étaient pas fiables en termes de mesures. Quelle belle preuve de précision !!!
      Nous vous retournons donc le complément quant aux bêtises que vous diffusez. Le fait d’être électricien ne signifie pas pour autant que vous soyez compétent sur le sujet.
      Nous vous souhaitons une excellente soirée !

      J'aime

    2. Bonjour,

      On va faire simple, juste en se basant sur ce qui existait en France depuis des années, et l’arnaque actuelle du Linky.

      En ce qui me concerne j’avais / j’ai un abonnement HC/HP de 9 kW ou kVA comme vous voulez (chauffage éléctrique gros radiateurs a accumulation.
      (arrêtez de nous gonfler avec votre cos phi, mon pavillon n’est pas une entreprise qui peut produire de » l’energie réactive en un mot avec mes radiateurs a resistences mon cos phi est a un surtout quand je tutoie la puissance totale voisine de 9 kW.)

      Pour statuer ce contrat mon disjoncteur d’abbonné, disjonteur spécial EDF installé en 1998 avec un compteur électronique, disjoncteur d’abbonné, pouvant être réglé pour différents contrats 6, 9 ou 12 kVA avec les 3 calibres en Ampères correspendants a ces contrats possibles, a savoir 30, 45 et 60 Ampères).

      En ce qui me concèrne EDF avait réglé et plombé mon disjoncteur d’abboné sur le calibre 45 Ampères, bien sur le disjoncteur d’abonné a une tolerence de disjonction par rapport a la valeur réglé correspendant a l’abbonement, je me suis ammusé il y a quelques années a le charger en consommation pour voir a combien il allait couper eh bien, eh bien calibré a 45 Ampères il coupait a 52 Ampères.

      En clair sans qu’il disjoncte en plein hiver je pouvais tirer en PERMANENCE un courant de CINQUANTE Ampères oui CINQUANTE !
      Soit une puissance correspendante de (S=UI) : 240 x 50 = 12.000 VA oui 12.000 !

      Avec le Linky j’en suis réduit a quoi ?
      Tout simplement a 9.000 VA, SEC !

      Quel courant en Ampères avec le Linky ? (I=S/U) 9000 / 240 = 37,5 Ampères !

      Rapport entre 45 et 37,5 Ampères 1, 20 fois ! (20%)
      Rapport entre 50 et 37,5 Ampères 1,33 fois ! (33%)

      En résumé pour avoir un peu près et a peine la même chose de ce que j’avais avant le Linky il faut que je m’abonne au contrat SUPERIEUR, a part ça Linky c’est génial et créateur de chômeurs, dans notre pays a l’agonie le petit esprit est de règle.

      Sans parler du YOYO que l’EDF nous joue en distribuant a sa guise entre 230 et 240 Volts, exemple un radiateur a accumulation de 6 kW sous 230 Volts consommera 6000 Watts sous 230 Volts sa resistence interne est constante et a une valeur de : R=U2/P
      soit (230 x 230) / 6000 = 8,8166 Ohm.
      Lorsque l’EDF pour sa convenece ou arnaque va nous distribuer du 240 Volts pour gagner plus d’argent car nous alons consommer plus, mon même radiateur sous 240 Volts consommera P = U2 / R soit (240 x 240) / 8,8166 = 6533,13 Watts soit une puissance supérieure de 6533 / 6000 = 1,09 fois soit suppérieure de NEUF pourcent.

      Donc rien avec ce YOYO de 230 a 240 volts a votre prise de courent l’EDF vous pompera NEUF pourcent plus d’energie (s’applique principalement a des recepteurs a résistances, RADIATEURS)

      Et cela SANS LA MOINDRE TOLERENCE car le Linky coupera a 9000 VA !

      Encore une fois pour avoir ce que vous aviez avant le Linky avec le Linky le minimum du minimum est de passer au contrat superieur et encore….

      Le Linky c’est formidable les gogos au lieu de regarder le disque tourner des vieux compteurs pouront lire directement la puissance apparente instentanée (S = UI) sur leu Linky comme je pouvais le faire sur mon compteur éléctronique de 1998 c’est vrai il n’était pas jaune pisseux.

      De plus tous les gens qui dans leur installation ont un délesteur pour étaler la puissance ne remplissent plus leur rôle car VOUS avez changé les règles !

      Arrêtez de nous prendre pour des cons !

      Cordialement,
      Boris Palmic

      J'aime

      1. Ce week end, en heures creuses pour tester mon système delestage personnel, j’ai branché plusieurs radiateurs a accumulation de plus mon épouse imprevisible faisait la cuisine en utilisant san se soucier l’électromenager qu’elle avait besoin de preference en même temps…..
        En observant le Linky en puissance instentannée il est monté pendant environ 15 a 30 secondes a 9400 VA (pour un contrat souscrit de 9000 VA) il n’a pas disjoncté, mon système de déléstage a coupé une partie du radiateur a accumulation de 6 kW branché en 2/3 et 1/3 donc par l’un des deux relais le 1/3 a été coupé donc 2 kW de liberé.
        Dès que maman s’est calmée dans la cuisine avec son éléctromenager hop le 1/3 du radiateur c’est rebranché.
        en fait en moyenne au maximum sur le long terme je tutoie une consommation de autour de 8100 VA pendant les heures creuses en hiver.

        Mon problème est de savoir si le Linky singe la disjonction thermique d’un disjoncteur d’abboné réglé sur 45 Ampères afin de ne rien changer et que cela reste comme jadis.

        (A savoir que pas mal d’indélicats déplombaient leur disjoncteur et seuls réglaient sur l’abbonement superieur sans le payer….., grace a eux nous avons gagné le Linky…)

        Bonne soirée,
        Boris Palmic

        J'aime

  3. Bonjour,

    Où sont passées vos formules de politesse ? Le « Bonjour » est la base de la civilisation.
    Ce n’est en rien des menaces, je vous conseille par ailleurs d’aller lire la définition de ce mot sans déformer les propos du dictionnaire évidemment.
    Pour une meilleure compréhension, mieux vaut lire plusieurs fois un texte avant de s’emballer pour répondre.
    À propos du calibrage des disjoncteurs abonnés je n’ai pas document sur le sujet puisqu’il s’agit d’une expérience personnelle dans mon laboratoire. Je pourrais vous parler durant des heures des modes opératoires ainsi que des résultats, mais ce n’est pas le sujet de ce forum.
    Vous venez encore une fois de déformer mes dires, je vais reprendre doucement. J’ai dit « auparavant le contrôle du dépassement de puissance était assez peu précis (disjoncteur abonné) » et vous, vous répéter « les compteurs précédents n’étaient pas précis ».
    Avez-vous des documents relatifs à cette étude, je voudrais être sûr que vous n’avez pas déformé le texte des recherches. De plus quelle est la pertinence de cette étude si elle ne traite pas des compteurs Linky ? Surtout que vous soulignez le fait que le capteur primaire est totalement différent entre les compteurs de l’étude et les Linky.
    Quel est ce jugement de valeur sur l’électronique ?! Dans mon métier, j’utilise des équipements de protection à base d’électronique qui ont plus de 30 ans et qui fonctionnent toujours et qui sont surtout très fiables. Il s’agit de régulateur de tension FCB, de régulateur de vitesse digipid, de chaîne tachymétrique Centralp, de synchrocoupleur Alstom, de relais de protection CEE et j’en passe !
    Je n’ai jamais mis en doute la fiabilité des anciens compteurs, il faut vraiment que vous cessiez de tirer des conclusions trop hâtives.
    Une étude sur seulement 9 individus et loin d’être suffisant, même si cela permet de montrer une « piste ». Qu’est-ce qui nous prouve que les études ont bien étaient réalisées, dans les bonnes conditions ?
    C’est tout de même assez hilarant que ce soit vous qui parlez d’être compétent. La compétence n’est pas le fait de sortir des études et des documents qui proviennent de ci ou de là sans connaitre les fondements de celle-ci.
    Je suis navré de vous apprendre que c’est bien vous qui diffusez des bêtises, combien de fois avez-vous déformé mes propos ? Je peux bien entendu, vous aider à compteur si vous des difficultés.

    Je vous souhaite une bonne fin de week-end,
    Cordialement.

    J'aime

  4. Propos risibles !
    Le principe du trollage est d’envoyer volontairement la discussion sur une fausse piste ou sur une voie de garage en donnant des pseudos arguments, et c’était le cas. Nous ne nous esquivons pas, mais ces attaques sont fréquentes et chronophages. Nous luttons contre cette saloperie de Linky et sommes sur le terrain tous les jours, nous n’allons pas perdre notre temps avec des énergumènes qui pensent connaitre le sujet mais ne le maitrisent pas du tout.
    Vous êtes libre de passer votre chemin et de ne pas venir ici, d’ailleurs pourquoi êtes vous arrivé sur ce blog ? Peut-être faisiez-vous des recherches sur les différents incidents relatifs au Linky.
    Quant à votre propos sur la réduction de consommation, nous sommes entièrement en accord avec vous, mais ce n’est pas le cas d’Enedis et d’EDF, qui font la promotion du tout électrique et des objets connectés. Peut-être auriez vous le courage d’aller chez eux et de le leur dire plutôt que de vous attaquer lâchement à des citoyens qui ne font que leur devoir. C’est vrai qu’il est plus simple de s’en prendre aux petits !!!
    Bonne soirée.

    J'aime

  5. Bonjour,
    Je viens d’être confronté à ce problème, coupure de temps en temps sans rien de spécial…
    J’ai appelé ENEDIS et ils me disent que j’ai trop consommé en instantané… au vu de l’article je comprends maintenant pourquoi AVANT je n’avais pas de problème, et maintenant que j’ai Linky j’ai ce problème.
    Hormis changé de contrat , quel solution pouvez vous me proposer ?

    J'aime

    1. Bonsoir,

      Malheureusement, comme des dizaines ou des centaines de milliers de personnes, vous êtes confrontés aux disjonctions intempestives en raison de l’arnaque de mesure de la puissance des compteurs Linky.
      Vous pouvez contacter Enedis, mais cela sera certainement inutile car ils vous diront que l’ancien compteur ne mesurait pas avec prévision ou que vous avez un problème avec vos appareils électriques …
      Nous vous recommandons de vous rapprocher d’un collectif proche de chez vous afin d’entrer en contact avec d’autres personnes dans le même cas que vous et éventuellement lancer une procédure en justice comme cela est le cas avec l’association bretonne les Citoyens Eclairés.
      173 personnes attaquent Enedis pour diverses raisons, avec entre autres le problème des disjonctions.
      http://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/compteurs-communicants-les-anti-linky-assignent-enedis-bretagne-en-justice-30-12-2017-11798108.php

      La première audition du 14 février a été reportée à la demande d’Enedis pour préparer sa défense. Cela sera donc jugé au Tribunal de Rennes le 18 avril prochain.
      Les actions de ce type (class action) ne sont pas très couteuses (quelques dizaines d’euros par personnes lorsque l’on atteint 150 à 200 plaignants).

      Signalez votre problème à votre maire, car si de nombreux citoyens sont concernés, peut-être qu’il mènera une action auprès d’Enedis.

      J'aime

  6. Bonjour,
    Le shunt, servant a la mesure, n’a aucune norme, donc en gros on pourrait y placer n’importe quoi…
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Shunt_(électrotechnique)
     » La Commission électrotechnique internationale (CEI) ne propose pas de norme spécifique pour les shunts  »

    Des composants Linky sans Normes…pfff, et le plus pertinent…servant a la MESURE.
    Un composant dont une de ses propriété inductive le rend sensisible aux Fréquences élevées, si cette perturbation ( CEM ) n’est point compensée correctement,
    il est normal d’obtenir des factures faramineuses…sortant de la 4iéme Dimension…
    De plus je ne constate aucun Régulateur de puissance ,
    on ne sais pas réellement (physiquement) quelle puissance traverse le Linky,
    ni si des Sur-Intensités et Surtensions provoquant des Arc de Rupture sont absorbés .
    Je ne constate d’ailleurs aucune protection CEM…et puis utiliser du Plastic pour les boitiers etc…MDR, en cas de surchauffe les gaz sont facilement ionisables…

    J'aime

  7. j’oubliais…le taux d’Electrosmog basse / moyenne et haute frequence ne cesse d’augmenter,
    je le constate sur mes Spectroscopies Frequencielles…et sa….sans Linky pour le moment.
    Bravo la Transition Energétique pour une Energie « PROPRE »…polluante.
    Les décés ne cessent d’augmenter dans ma commune, les cas de cancer en particulier autour des antennes relais. Qu’en serat-il avec les Concentrateurs hein ?

    J'aime

    1. Bonjour,
      La discussion sur la puissance apparente et la puissance active est assez vaseuse…
      Il n’y a pas d’arnaque : les contrats ont toujours été souscrits en kVA, l’énergie a toujours été payée en kWh (W x heures).
      Le consommateur dont l’installation présente un mauvais facteur de puissance (cos phi) a toujours été pénalisé et encouragé à y remédier. Ce qui rebute les opérateurs de réseau c’est le client qui tire un fort courant pour une faible puissance (beaucoup de VA pour peu de W).
      Dans une installation domestique le facteur de puissance est généralement égal ou proche de 1 ; donc circulez y a rien à voir… 1 VA = 1W
      Effectivement la nouveauté du Linky c’est l’interrupteur embarqué et l’algorithme qui le pilote.
      Ayant été équipé dernièrement d’un Linky j’ai voulu tester son mauvais caractère annoncé :
      mon contrat est de 6 kVA, j’ai mis le Linky en affichage de la puissance apparente (VA) et monté progressivement la puissance de ma cuisinière (four + plaques), je suis arrivé jusqu’à 7500 VA sans qu’il ne se passe rien (ni par le disjoncteur, ni par le Linky). Le fusible rouge en tête de ma ligne étant un 30 A je n’ai pas poussé plus loin…
      Maintenant concernant la rumeur de fausseté du Linky il faudrait aligner des preuves ; c’est un appareil de métrologie répondant à un cahier des charges et une certification.
      On peut facilement s’en faire une idée par l’affichage de puissance et les plaques signalétiques des appareils en faisant quelques test : affichage 0 VA avec disjoncteur coupé, mise en marche d’appareils un par un (attention au frigo qui démarre tout seul).
      Les compteurs électroniques ne datent pas du Linky, et leur métrologie est maitrisée.
      Je répète donc que la seule nouveauté c’est l’interrupteur embarqué, son algorithme et la communication par courant porteur ; ce n’est pas de la métrologie.
      La seul arnaque est vis à vis des personnels mis au chômage par la « grande avancée technologique ».

      J'aime

      1. Bonsoir,

        Vous donnez de fausses informations. Les contrats n’ont pas toujours été en kVA, au contraire, ils ont toujours été en kW et c’est par une modification unilatérale du contrat faite par eRDF (à l’époque) en … 2010 sur tous les contrats sans que les consommateurs en soient avertis, que cela s’est produit. Cette modification a été effectuée pour être en conformité avec le Linky qui entrait en alors en phase de test sur la région de Tours et sur Lyon.
        Cela n’avait pas d’incidence pour les français mais en aurait une quelques années plus tard.
        Seconde fausse information, vous indiquez que le facteur de puissance est généralement égal ou proche de 1. Pourquoi mentir ?
        Le facteur de puissance n’est égal à 1 que pour quelques appareils électriques uniquement, ceux dit résistifs comme une lampe à incandescence, un grille pain, un radiateur électrique basique, un fer à repasser d’ancienne génération …
        La quasi intégralité des appareils électriques a un facteur de puissance inférieur, voire largement inférieur à 1.
        Les valeurs ci-dessous sont des valeurs mesurées par nos soins sur des dispositifs courants :
        – Lampe fluocompacte : 0,53
        – Lampe LED : 0,55
        – Robot multifonctions : 0,97
        – Four à micro-ondes : 0,95
        – Perceuse : 0,68
        – Aspirateur : 0,96
        – Téléphone portable en charge : 0,54
        – Ordinateur portable en charge (en veille) : 0,81
        – Ordinateur portable en charge (actif) : 0,91
        – Télévision (en veille) : 0,03
        – Télévision (active) : 0,55
        – Box Internet : 0,57

        Vous disiez quoi à propos du facteur de puissance ????

        Et vous en déduisez 1 W = 1 VA !!!
        Revoyez les cours de physique. D’ailleurs si le W et le VA existent, c’est qu’il y a une différence, ils ne correspondent pas à la même information.

        Comme nous l’avons indiqué précédemment, l’afficheur ne fait pas foi, il s’agit d’une valeur indicative où alors, vous avez la chance d’avoir un abonnement à 9 kVA en ne payant que 6 kVA. Mais chut, ne le dites pas à Enedis.
        Vous disposez d’au moins 20% de puissance en plus de celle de votre abonnement, quelle chance !
        Visiblement, votre analyse est très brute de fonderie et n’est absolument pas crédible.

        J'aime

      2. Autre « imprécision » de votre part. Vous indiquez que la métrologie des compteurs est totalement maitrisée.
        Doit-on vous rappeler l’étude de l’Université de Twente au Pays-Bas (2017) remettant en cause la métrologie de ces derniers avec des imprécisions allant de -32% à + 582% sur les 9 compteurs analysés ?
        Certes, le Linky n’était pas dans le panel d’étude, mais on peut légitiment se poser des questions quant à la précision de ces compteur, d’autant plus avec votre « mesure » à 7500 VA pour un abonnement à 6000 VA !
        Une mesure sous-estimée à -32%, c’est bien pour le consommateur, 3 compteurs sur 9 sous-estimaient les consommations. Un seul était juste et 5 … surestimaient les consommations, et pas qu’un peu (entre +475% et +582%).
        89% des compteurs analysés étaient imprécis !!!!!

        Nous aimerions bien avoir votre avis sur le sujet 😉

        L’étude : Static Energy Meter Errors Caused by Conducted Electromagnetic Interference

        J'aime

  8. Je me suis malheureusement débarrassé des factures EDF à mon nom de 1970 à 2004, mon souvenir n’est donc pas opposable…J’ai quand-même fouillé les archives de la copropriété et relevé que nos factures EDF-Pro mentionnent les kVA depuis 11/2007 et nos factures EDF Bleu Ciel depuis 07/2011. Avec les compteurs électromécaniques cela n’avait que peu d’importance ; le disjoncteurs était le chien de garde, il ignorait la tension, pas de calcul de puissance de coupure (ni VA ni W). Avec Linky ça réduit la marge, c’est sûr.
    Ne brandissez pas une liste d’appareils de puissance ridicule à faible facteur de puissance en omettant les « gros » ; pour les radiateurs, cuisinières/fours, chauffe-eau 1VA=1W ; ce sont eux qui feront couper le courant. Dans votre liste combien de cos phi inductifs et combien de capacitifs (ils sont rares, c’est vrai, mais les capacitifs sont bons) ?

    Pour votre gouverne mon Linky est un Itron affichant : contrat 6 kVA, coupure 6000 VA, et malgré cela il a tenu 7500 VA quelques minutes, ensuite j’ai coupé ; c’était juste un test.
    J’ai confronté les puissances (VA) affichées par le linky, élément par élément, avec la notice de la cuisinière/four, c’est parfaitement cohérent. Vos doutes concernant la précision de l’affichage VA peuvent se comprendre mais l’affichage kWh relève de la métrologie en transaction commerciale ; c’est l’intégrale de la courbe de charge par rapport au temps (sa surface), c’est un nombre qui fait foi pour une date/heure donnée, c’est lui qui est relevé et porté sur les factures.
    Votre dénigrement de la métrologie est stupéfiant, nous sommes en France pays des « poids & mesures », du Laboratoire National d’Essais, de la DGCCRF. Si êtes sûrs de vous, portez plainte pour certification trompeuse, vous rendrez service à la communauté.

    J'aime

    1. Bonjour,

      Pour répondre à votre question sur le cosinus phi des appareils électriques, que pensez-vous de la pompe à chaleur ?
      Vous allez nous dire que c’est un appareil insignifiant en termes de puissance et de consommation peut-être ? En fait le cosinus phi des pompes à chaleur est de l’ordre de 0,7 à 0,8, bien loin du facteur de puissance à 1 dont vous parlez !
      Les retours de disjonctions que nous avons sont très souvent liés aux consommateurs disposant de pompe à chaleur, la quasi intégralité de ces derniers disjonctent au démarrage de la pompe lorsqu’ils ont un Linky. La puissance instantanée demandée au démarrage est relativement élevée temporairement, et les anciens compteurs toléraient cela grâce au mode de mesure de la puissance différent de celui du Linky (puissance active au lieu de puissance apparente) et surtout la coupure n’était pas immédiate.
      Nous vous invitons à parler avec les possesseurs de pompe à chaleur ayant un Linky et vous verrez.
      En ce qui concerne la métrologie, vous vous faites une haute idée du LNE et de la DGCCRF. Le premier n’est même pas concerné dans la certification du Linky, dont la certification soit dit en passant, n’est toujours pas disponible. Quant à la DGCCRF, vous nous faites sourire, il n’y a plus de budget alloué à cet organisme qui n’a plus pour vocation qu’à vérifier les commerçants sur les marchés, et c’est tout !
      Pour les plaintes, elles sont en cours, poussées par de nombreuses associations, mais la Justice est très lente !

      J'aime

  9. Effectivement les pompes à chaleur, comme les moteurs asynchrones, sont des équipements puissants ayant un mauvais facteur de puissance. Les industriels sont contraints par le distributeur à maintenir leur cos phi => 0,93 (en installant des compensations capacitives) sous peine de pénalités. Les installations domestiques ne sont pas contrôlées mais elles le paient par la nécessité de souscrire un abonnement en kVA plus important ; et la double peine de devoir passer la surintensité au démarrage de certains appareils.
    Vous faites une petite confusion : les ancien compteurs n’avaient rien à « tolérer » (ils étaient incapables de couper le courant !) ils encaissaient les surcharges jusqu’à ce que le disjoncteur (séparé ! ) coupe le courant. C’est bien cela le problème avec Linky, la courbe de réponse vis à vis des transitoires de courant et le temps de latence. On a prétendu que l’algorithme pilotant son interrupteur mimait au mieux le disjoncteur magnéto-thermique classique, les retours qui vous parviennent semblent prouver que non : c’est toujours le Linky qui coupe et plus jamais le disjoncteur (pourtant réglé sur le calibre correspondant à l’abonnement). Le disjoncteur limite le courant, le Linky limite la puissance apparente.

    Concernant la métrologie en transaction commerciale la France a une tradition de rigueur assez protectrice des consommateurs. Un communiqué des constructeurs de Linky et d’ENEDIS affirme « Le LNE a certifié les compteurs Linky conformément à la Directive Européenne MID et selon les normes associées, dont la norme NF EN 61000-4-19. »

    J'aime

    1. En effet, abus de langage de notre part sur l’ancien compteur dans cette réponse rapide, il ne coupait pas, c’était le disjoncteur qui s’en chargait, ce qui n’est plus le cas désormais.
      Ni la CRE (Commission de Régulation de l’Energie), ni Enedis ne mettent à disposition la certification du Linky. Pourquoi ?

      J'aime

  10. Bonjour,
    Votre interrogation est légitime, le comportement du Linky est inscrit dans les algorithmes qui le gouvernent et, donc, dans les choix assumés de son cahier des charges.
    Que, toutes choses égales par ailleurs, des abonnés soient interloqués par le comportement inattendu provoqué par « un changement de compteur » (sic) – en réalité une modification du mode de gestion de la distribution électrique – mérite des réponses approfondies.
    Bon courage.

    J'aime

  11. Bonjour, je rejoins ce collectif. Le passage au compteur Linky fait disjoncter ma ligne, j’étais sur un compteur d’ancienne génération à 6Kva, je suis à 3 coupures en une semaine depuis le changement et je n’ai rien changé de nos habitudes. Après lecture des articles, il y a bien un effet de cause, donc oui j’y crois que nous les consommateurs on va encore plus payer.

    J'aime

    1. Bonjour Fabien,
      Un élément de réponse est contenu dans la lettre qu’ENEDIS a expédiée au maire de Villecresnes :
      http://www.villecresnes.fr/wp-content/uploads/2017/12/ENEDIS-05122017144339.pdf
      Il y est textuellement expliqué qu’un Linky configuré pour 6kVA coupe à 7800 VA (soit une puissance active de 7800 W à cos phi=1 ou 6000 W à cos phi=0,77).
      Votre compteur affiche-t-il cette valeur de 7800 VA en puissance maxi soutirée lors des coupures ? Ce serait une confirmation de plus…
      Il faut exiger qu’ENEDIS publie officiellement le tableau des puissances apparentes de coupure pour toute la gamme des contrats (3, 6, 9, 12 kVA etc…).

      J'aime

  12. Bonjour,
    Entre temps j’ai reçu de smartgrids@cre.fr le texte suivant :
    « Le temps de coupure (en secondes) à une puissance P pour un compteur évolué Linky s’exprime de la façon suivante :
    tcoup = Ent(log(1-(1,3*Pcoup/P)^2)/log(1-B))+1
    avec B le terme de prise en compte d’historique (par défaut 0,008).
    Ce temps de coupure n’existe que pour P > 1,3 Pcoup ce qui signifie que l’utilisateur bénéficie d’une capacité de surpuissance de 30 % avant toute coupure. »

    Soit : pour un contrat 6kVA coupure au-delà de 7,8kVA.
    Dès le 1er VA supplémentaire le décompte de coupure s’enclenche :
    7801 VA –> 17 »10′
    7815 VA –> 11 »33′
    8865 VA –> 03 »06′
    28815 VA –> 00 »10′
    C’est ce que donne la formule calculée dans un tableur…

    J'aime

    1. Bonjour,

      Merci pour cette information, mais nous aimerions bien disposer du document officiel afin de l’analyser.
      En attendant, la CRE et Enedis fonctionnent main dans la main sur le sujet du Linky, nous dirions même que la CRE est aux ordres d’Enedis un peu comme l’agence TASS était l’organe de propagande du pouvoir soviétique avant la chute de l’URSS.
      Toute information provenant de la CRE nécessite d’être validée.
      Pour rappel, la CRE (Commission de Régulation de l’Energie), dans son document « Dossier d’évaluation de l’expérimentation Linky » de juin 2011 était parfaitement au courant que le CPL entrait dans le réseau électrique domestique donc dans les habitations, elle indiquait dans ce rapport que cela nécessitait « de mettre en place un filtre, quelque soit la technologie CPL utilisée. Or actuellement ce type de filtre ne peut pas tenir dans le volume imposé pour le compteur. »
      Depuis le déploiement du Linky en décembre 2015, la CRE a pourtant répété à plusieurs reprises que le CPL ne rentrait pas dans les logements !
      Cela a pourtant été officiellement mesuré par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Batiment) en 2017, il n’y a donc plus aucun doute sur ce point.
      Dans ces conditions de mensonges évident, comment croire la CRE lorsqu’elle donne des informations ? Quelle est sa crédibilité alors qu’elle est aux mains d’Enedis et d’EDF ?
      Voila pourquoi, pour le moment, nous doutons totalement des infos que vous avez reçues, d’autant plus, que sur le terrain, les gens disjonctent bien. Alors nous dire que le compteur Linky est plus tolérant que les autres, c’est quand même un grand foutage de gu**le !

      J'aime

    2. Bonjour,
      la formule est exacte comme en témoigne le nouveau document : Enedis-NOI-CPT_54E Version 3 01/06/2018 – page 29 & 30, au paragraphe 7 qui n’existe pas dans la version V2.
      Par contre, il faudrait savoir comment évolue la valeur B terme de prise en compte d’historique par défaut à 0.008. Car l’augmentation de cette valeur diminue le temps avant coupure !
      Je suppose que cette valeur tient compte du nombre de fois où le Linky a disjonté ??
      Cdl
      Serge

      J'aime

  13. Merci UBoth pour ces informations factuelles.
    Je viens d’être équipé d’un linky (triphasé). Mon abonnement est de 6kVA et ça se passait bien avec le compteur électronique CBE (consommation par phases bien équilibrées)
    Maintenant que j’ai linky, ça disjoncte bien plus facilement ! Mais c’est normal… Mon disjoncteur était réglé pour 15A par phase ! (réglage EDF avec plombage en place) ce qui autorisait en réalité 3000 W par phase…
    Maintenant je n’est plus droit qu’a 2000 VA par phase et je constate une coupure au dessus de 2600 VA si ça dure trop longtemps… (ce qui confirme le coefficient de 1,3)
    Je vais évidement demander une augmentation de puissance de l’abonnement (probablement à 12kVA pour être tranquille) mais Enedis ne semble pas pouvoir modifier le réglage à distance pour l’instant !
    Et s’ils se déplacent c’est 36€ au lieu de 3€ et quelques centimes…
    Ce serait pourtant la moindre des choses que ce compteur communicant le soit effectivement !
    Je vais les rappeler la semaine prochaine et exiger l’augmentation de puissance au tarif linky…

    J'aime

    1. Bonjour Patrick,
      Merci pour la confirmation du coef. 1,3 ; il faudrait bien plus de remontées de la part des personnes installées. Pourquoi viser 12kVA alors que votre disjoncteur est plombé pour 9kVA (triphasé) et que cela semblait suffisant, vous disposerez de 3x3900VA. Vous pouvez exiger la migration gratuite dans la foulée de l’installation du Linky. Il faut aussi s’assurer que les 12kVA sont compatibles avec la « puissance maximale de raccordement ».
      Concernant la télérelève et/ou télécommande du Linky je crois qu’il faudra patienter pas mal… 2 mois après son installation il n’y a que la date et l’heure qui fonctionnent.

      J'aime

      1. Bonjour,

        Correction d’une erreur et d’une imprécision. Avec le Linky, Patrick ne disposera pas de 3 x 3900 VA mais de 3 x 3000 VA. Les 3 x 3900, c’est avec le compteur électronique que l’on peut en disposer.
        L’imprécision de vos commentaires concerne le fait que vous disiez que la migration dans la foulée de l’installation du Linky soit gratuite. En fait, elle est bien gratuite la première année, mais l’abonnement des années suivantes sera facturé au tarif supérieur. On a donc un « geste commercial » (lié à une arnaque) la première année pour calmer les esprits et … augmentation de l’abonnement à partir de l’année suivante.

        Précision pour sur la relève à distance, elle ne sera opérationnelle que lorsqu’au moins 80% des compteurs connectés à un concentrateur seront équipés d’un Linky, dans le cas contraire, il y a impossibilité d’activer le CPL car cette technologie nécessite un maillage de compteurs Linky permettant le relai des signaux CPL sur l’intégralité du réseau électrique.

        J'aime

  14. Bonjour,
    Je sais bien vous refusez le coef. 1,3 du Linky ; il faudra bien vous y faire….
    C’est pourquoi les témoignages sont importants.
    Ce qui sera gratuit pour Patrick c’est l’opération de migration, l’abonnement reste payant.

    J'aime

  15. Je viens de passer en 12 kVA (à ma demande) soit contractuellement 4000 VA par phase.
    La connexion au concentrateur aura pris 10 jours. Le concentrateur étant à moins de 10m de mon compteur je vais aussi bénéficier des ondes émises par le concentrateur. Mais par bonheur toute la famille est radio-compatible 😉
    Je ne me suis pas contenter de 9 kVA pour être tranquille et ne pas disjoncter avec 2 appareils simultanées gros consommateur sur une phase. La tolérance de dépassement de 30% étant confirmée par l’observation de l’absence de coupure si la puissance apparente ne dépasse pas 5200 VA.
    L’indicateur de dépassement s’affichant bien évidement au dessus de 4000 VA.

    Donc n’ayez pas d’inquiétude pour les surcharges, linky les acceptes très bien, mais il faut quand même choisir un abonnement suffisant…
    Dans mon cas, le disjoncteur était réglé sur 15A avant linky pour un abonnement à 6 kVA (contractuellement ça aurait du être 10…) Cela correspondait donc en fait à un abonnement de 9 kVA… ça disjonctait de temps en temps (malgré un équilibrage des phases méticuleux et réfléchi) d’où mon passage en 12 kVA.

    Sinon, je reste en triphasé volontairement pour pouvoir utiliser des moteurs asynchrones puissant (pompe et karcher) pour lesquels il n’y a pas de solution possible avec un variateur…

    J'aime

    1. On ne vous a pas apris a l’école comment fabriquer du triphasé a partir du monophasé a usage occasionel ?

      Moi du tri je suis passé en mono et divisé mon abbonement par DEUX de 18 a 9 kVA
      et 45 Amères c’est mieux que 30 par phase.

      Prenez un vieux moteur tri cabléz le en triangle dès que vous le branchez sur du monphasé avec une vicelle enroulée sur son arbre tirez brusquement la ficelle pour lancer en rotation le moteur, et sur les trois bornes récuperez du triphasé.
      (en mono par un disjoncteur bien calibré protegez votre vieux moteur tri, faut absolument le lancer avec une ficelle des que vous mettez le jus)

      faites en l’experience tant que vous avec encore votre tri entre une phase et le neutre bien surn n’alimetez pas le vieux moteur avec deux phases (400 volts), il vous faut un vieux moteur pouvant être couplé en étoile ou triangle en un mot pouvant être aliment en tri 230 ou tri 400 volts, le tri fabrique le champ tournant pour ce moteur pour simuler ce champ tournat branché en mono il faut tout de suite la lancer avec la vicelle peu importe dans quel sens.

      J'aime

  16. Bonjour,

    Pourquoi ne pas mettre comme dans les tarifs verts , des condensateurs pour remonter le cos phi ou la tangente phi, ce qui contrarira le réactif, qu’en pensez-vous?

    J'aime

    1. Bonjour,
      Notre intérêt est tout simplement de ne pas avoir ce capteur Linky qui engendre également des surconsommation liées aux effets des harmoniques et inter-harmoniques créés par l’utilisation du CPL.
      N’oubliez pas que ce bidule vert est surtout très nocif pour la santé, qu’il est ultra intrusif pour la vie privée et qu’il provoque des dégradations de matériel.
      Il ne faut pas se contenter de gérer le problème du cosinus phi, qui n’est un détail des inconvénients du Linky.

      J'aime

  17. Bonjour,
    Je viens de louer une maison de 40 m2 où un compteur Linky était déjà installé. Je ne connait rien en éléctromagnétique mais je constate que je suis passé de 6 KVA dans mon logement précédant (équivalant en surface et avec en plus du logement d’aujourd’hui des plaques de cuisson électriques , mais sans compteur linky, que j’avais refusé). J »ai l’option heures creuses et je constate qu’au passage en heures creuses mon compteur devient très bruyant avec des flashs lumineux rendant mon sommeil très difficile dans un petit logement où seuls la salle d »eau dispose d’une porte. Mais je me pose surtout la question de la sécurité. Ayant eu l’occasion de voir comment ENEDIS répond aux réflexion des usagers je me demande s’il ne serait pas plus prudent de faire venir un éléctricien pour lui demander si cela est normal.

    J'aime

    1. Bonjour,
      En heures creuses un compteur qui gère ce tarif, Linky ou autre, ne fait que comptabiliser la consommation avec un second index ; il ferme aussi un « contact sec », mis à disposition du client afin de commander la mise en marche d’un chauffe-eau ou autre appareil. Il conviendrait de faire vérifier (par le bailleur) que ce contact est correctement mis en oeuvre.

      J'aime

  18. Suite à un certain nombre de commentaires sur le réglage du disjoncteur triphasé à 15 ampères pour 1 contrat 6 kw normalement à 10 ampères. Il s’agit d’un gros avantage consenti il y a des années par EDF pour les personnes qui équilibraient les réseaux en prenant du tri. Je parle d’époque révolue et cet avantage perdure tant que l’on ne demande pas de changement technique donc tout redevient normal en devenant « Linky » même contre son gré. Battons nous contre cette immense arnaque de toute façons. Un retraité EDF dégoutté et qui connaît le principe.

    J'aime

  19. Sur l’étude de ma consommation électrique : que peut révéler l’étude de ma consommation sur mes habitudes à partir de « l’empreinte  » des appareils? Je peux mettre en service mon lave linge à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, de même que le lave vaisselle, et m’absenter où non durant leur fonctionnement, programmer le fonctionnement du chauffage voire le commander à distance. Quant au tv, comme beaucoup il fonctionne toujours aux mêmes heures, d’où quelles conclusions tirer de tout cela? L’utilisation d’une CB en magasins, péages, vos téléphone fixe ou portable, les sites internet consultés sans parler de la TV par internet fournissent depuis longtemps des infos bien plus caractéristiques de notre profil.

    J'aime

    1. Bonsoir,

      Toutes nos félicitations, vous venez de remporter le titre de mouton de l’année !!!
      Ce que vous citez (TV via une box, péages, portable …) on n’est pas obligé de s’en servir ou de les utiliser, contrairement au Linky, où il vous est imposé. Voila déjà une différence notable !
      Mais comme le disent vos amis les moutons :
      –  » Je n’ai rien à me reprocher, donc cela ne me dérange pas que l’on voit ce que je fais »
      ou
      – « Il faut vivre avec son temps »

      Bravo, et merci quand même d’avoir lu l’article.

      J'aime

    1. Bonjour,

      Deux cas possibles d’après Enedis, si le Linky est à votre portée directe, il suffit de maintenir votre doigt sur la touche « + » durant 2 secondes pour réarmez le capteur Linky.
      Si le Linky est à l’extérieur de votre logement, il est théoriquement possible de le réarmer en disjonctant le Baco puis en le réarmant, cela devrait réactiver le Linky.

      J'aime

    2. Bonjour Madame, Monsieur Lernejac

      Lorsque jadis votre disjoncteur d’abboné disjonctait par dépassement de puissance souscrite a EDF où par fuite a la terre car ce disjoncteur est aussi un disjoncteur differentiel qui disjoncte si dans votre installation il a une fuite a la terre superieure a entre 550 à 650 milli ampère (0,55 a 0,65 Ampère).

      Pour remettre le courant vous étiez obligé de vous déplacer et vous trouver en face de ce disjoncteur d’abboné afin de le réarmer, il arrivait qu’il resotait la cause du problème étant toujours présente.

      En géneral s’il disjonctait immediatement après réarmement il s’agit d’une fuite a la terre ou d’un court circuit assez franc.

      Alors on commence par débrancher ou isoler les gros appareils machine a laver, radiateurs etc…, jusqu’a ce que cela ne disjoncte plus, puis on rebranche un par un jusqu’a ce que ça resaute ainsi on a identifié l’appareil fautif.

      Linky lui il disjoncte par dépassement du contrat souscrit et possible par court circuit
      assez franc sur votre installation.

      Le concepteur du Linky exige aussi que vous vous déplacez et soyez en face de lui pour réarmer OU QUE VOUS FASSIEZ COMME JADIS.

      Si vous preferez réarmer sur le Linky pressez le bouton de droite + par une pression continue sur ce bouton en comptant lentement jusqu’a 10.

      Vous pouvez aussi réarmer par votre disjonteur d’abbone qui lui n’a pas disjoncté dans le cas du dépassement du contrat souscrit, pour cela il faut que vous disjonctez le disjonteur d’abboné manuellement en appuyant sur le bouton ROUGE ou que vous basculez sa manette vers ZERO.
      Ceci fait vous comptez lentement jusqu’a 10 puis vous réarmez votre disjoncteur d’abboné en appuyant sur son gros bouton vert ou noir ou relevez sa manette vers la position UN.
      Avant de faire ça débranchez la machine a laver ou le fer a repasser ou quelque radiateurs afin que lorsque le courant revient la consommation immediate soit réduite puis rebranchez vos appareils si une fois tout rebranché après un certain temps ça rresaute c’est que vous en demandez un peu trop….

      (Quand le Linky coupe il voit toujours votre installation en dérivant et laissant passer un très faible courant, ce courant est interrompu lorsque vous disjonctez votre disjoncteur d’abboné donc il sait que vous êtes là a la maneuvre et il remettra le courant ei s’armera tout seul QUAND 10 secondes après vous réarmerez votre disjoncteur d’abboné.

      Le Linky autorise les dépassements un certain temps, ce sont des humains qui ont écrit le logiciel qu’execute le microprocesseur, apparament ce logiciel « singe » le disjoncteur d’abboné de jadis helas avec moins de tolerence.
      A l’installation du Linky l’installateur vous donne la notice mode d’emploi du Linky.

      Bonne journée,
      Boris Palmic

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s