Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

Le collectif Chartres de Bretagne  –  Collectif anti-linky 35Association AALGA Bretagne
Pétition Anti-Linky

Ne signez pas le nouveau contrat d’EDF

Nous contacter : collectifchartresdebretagne@gmail.com

Important ==> Mesures de la LDE (Linky Dirty Electricity)

Nombreux sont les clients d’EDF (ou d’autres fournisseurs d’électricité) qui rencontrent des disjonctions fréquentes après l’installation du compteur Linky et qui doivent ainsi, augmenter la puissance électrique de leur logement et par conséquent, accroître le coût de leur abonnement, pour ne plus subir ces contraintes répétitives.

Explications de ce « phénomène » prévisible.

Les schémas qui sont présentés dans ce document, ont volontairement été simplifiés afin de vulgariser le fonctionnement des compteurs électriques et d’expliquer simplement la raison des disjonctions du Linky.

1) Enedis (ex eRDF) fournit une puissance électrique exprimée en kVA à chaque habitation, mais les anciens compteurs électriques (électromécaniques ou électroniques) ne connaissent pas cette notion, ils mesurent la puissance en kW.

2) La puissance électrique fournie au logement est donc exprimée en kVA, il s’agit d’une puissance nommée Puissance Apparente (en jaune), mais elle se décompose en deux parties :

  • la Puissance Active (en vert), mesurée en kW
  • la Puissance Réactive (en rouge), mesurée en kVAr

3) C’est aux alentours de 2010 que les fournisseurs d’énergie ont modifié l’unité de mesure de la puissance électrique sur les factures des abonnés afin de préparer « la transition » avec les futurs compteurs/capteurs communicants.

Exemple sur une facture de février 2010 indiquant que la puissance de l’abonnement du logement était de 6 kW.

Sur la facture suivante, en mars 2010, il est désormais indiqué que l’abonnement souscrit est de 6 kVA. Un petit changement sans incidence à l’époque, car les compteurs ne mesuraient que la Puissance Active (celle en vert), la puissance réactive (en rouge), quant à elle, n’était pas mesurée.

4) Les compteurs électromécaniques ou électroniques mesurent la puissance en kW, ainsi pour ces derniers, il n’y a pas de différence entre le kW et le kVA.

En revanche, le compteur/capteur communicant Linky ne se comporte pas de la même manière, contrairement à ce qu’affirme Enedis. En effet, il mesure les trois puissances (active, réactive et apparente). Or la puissance apparente mesurée dépend d’un facteur très important propre à chaque appareil électrique, le cosinus phi (ou facteur de puissance).

Pour information, la puissance active est égale à la puissance apparente multipliée par le cosinus phi.

P (kW) = P (kVA) x cos phi

Le cosinus phi est compris entre 0 et 1, plus il est proche de 1, moins l’appareil utilise de puissance réactive. A l’inverse, plus le cosinus phi est proche de 0, plus l’appareil utilise la puissance réactive et plus cela aura un impact sur la mesure de la puissance par le Linky.

Des appareils composés principalement de résistances, auront un cosinus phi proche de 1 et donc une puissance réactive faible voire inexistante et n’auront alors pas d’incidence sur le comptage du Linky.

En revanche, les appareils disposants de moteurs ou de composants électroniques auront un cosinus phi largement inférieur à 1 et leur puissance réactive sera élevée. L’incidence sur le mode de mesure de la puissance par le compteur Linky sera très importante.

Or, les appareils n’utilisant pas ou presque pas de puissance réactive sont de plus en plus rares (appareils électriques résistifs) :

  • ampoules à incandescence (interdites depuis de nombreuses années)
  • grille-pain
  • cafetière
  • radiateur électrique
  • minifour à résistance
  • fer à repasser d’ancienne génération (sans centrale vapeur)

 

La quasi intégralité des appareils électriques que nous utilisons actuellement consomment de la puissance réactive et pour certains de façon très importante (appareils électriques réactifs) :

  • ampoules fluo compactes
  • ampoules LED
  • machine à laver
  • réfrigérateur
  • ordinateur
  • télévision
  • chargeurs d’appareils électriques (téléphones portables, tablettes …)

Bilan, avec le compteur Linky, la puissance réactive va être comptabilisée dans le mode de mesure de la puissance électrique.

Attention à bien faire la différence entre la puissance et la consommation. La puissance est exprimée en kVA ou kW, alors que la consommation est exprimée en kWh.

Si on faisait une comparaison avec la consommation d’un véhicule, la puissance électrique (kVA ou kW) correspondrait à la consommation instantanée de carburant du véhicule alors que la consommation électrique (kWh) correspondrait à la consommation moyenne de carburant sur le parcours.

5) Prenons le cas d’un logement individuel ayant un abonnement électrique à 6 kVA et comparons le fonctionnement entre un vieux compteur électromécanique et un compteur Linky.

Sur ce schéma simplifié, le tuyau représente la puissance de l’abonnement souscrit, à savoir 6 kVA, mais comme les anciens compteurs ne mesurent que la puissance active (kW), c’est un peu comme si le tuyau représenté était intégralement réservé à la puissance active. Ainsi, avec les anciens compteurs il n’y a pas de différence entre 6 kVA et 6 kW car ils ne mesurent que le kW.

Si le logement ne dépasse pas la puissance de 6 kW, il n’y aura pas de disjonction. La disjonction ne surviendra que si la puissance demandée est supérieure à la puissance souscrite dans l’abonnement. Point important, avec les anciens compteurs électriques, ce n’est pas le compteur qui disjonctera, mais le disjoncteur.

6) Regardons désormais le même logement avec un compteur Linky. Dorénavant, ce n’est plus la puissance active qui est mesurée, mais la puissance apparente (puissance active + puissance réactive).

Le tuyau étant le même que précédemment, il y a donc moins de « capacité » pour la puissance active. Une des différences fondamentales entre les anciens compteurs et le nouveau compteur est que le Linky contient un disjoncteur interne.

7) Sur ce schéma, on représente la puissance active (en vert) à laquelle le logement avait le droit avant le Linky, et l’on constate que cette puissance dépasse la capacité autorisée par le Linky car elle doit « partager » la capacité autorisée avec la puissance réactive (en rouge). Tant que le logement n’atteint pas cette capacité de dépassement, il ne se passe rien, mais si le logement puise dans cette capacité, comme il pouvait le faire avant, alors il y a disjonction. Le point important à connaitre est, que le disjoncteur du logement n’est pas à l’origine de la disjonction.

C’est le disjoncteur interne du Linky qui provoque la disjonction !

8) Le logement a « dépassé » la capacité autorisée par le compteur Linky, ce dernier provoque une disjonction alors qu’avec l’ancien compteur, il ne se serait rien produit.

Bilan, avec un abonnement identique, la puissance autorisée par le compteur Linky n’est plus la même. Elle est inférieure à celle qui était permise avec les anciens compteurs. La différence dépend du type d’appareils utilisés et de leur mode d’utilisation. Le cosinus phi (facteur de puissance) des appareils électriques aura désormais une importance majeure.

Lorsque l’on démonte un compteur Linky, on constate la présence d’un organe de coupure, il s’agit du disjoncteur interne. Enedis peut augmenter ou diminuer à distance son niveau de disjonction en fonction de l’abonnement souscrit. Il est même possible de couper le courant à distance !

Linky use les nerfs de deux octogénaires

Compteur Linky : « Ca m’a fait perdre 7000 euros »

Linky disjoncte

Un certain nombre de clients devront revoir la puissance de leur abonnement

 

Télécharger la version PDF de cet article.

Publicités

32 réflexions sur “Pourquoi est-ce que l’on disjoncte beaucoup plus fréquemment avec le compteur Linky ?

  1. Je me souviens que le lycée professionnel où j’enseignais les mathématiques et les sciences physiques payait une pénalité car le cos(phi) du lycée était très inférieur à 1 (à cause des nombreuses machines-outils dans les ateliers); dorénavant, toutes les installations ( maisons, appartements, ateliers) devront donc avoir un cos (phi) égal à 1 pour ne pas consommer de puissance réactive( en kVAR en non kVA comme indiqué dans le document du collectif); ce qui est impossible avec les appareils que nous utilisons (ou que l’on nous impose comme les lampes fluo-compactes…).
    Si je consomme une puissance active correspondant à une intensité de 30A avec un cos(phi) de 0.8, l’intensité du courant (fourni par mon distributeur) dans la ligne arrivant à ma maison sera de 37.5 A (30:0.8). Du point de vue du fournisseur d’énergie électrique, ce nouveau comptage se rapprochera plus de la réalité (puissance fournie = puissance consommée); sans tenir compte des pertes en ligne qu’il nous ferons bien payer un jour? (et le très mauvais rendement de nos centrales nucléaires et thermiques en général). A nous, consommateurs, d’exiger des constructeurs d’appareils électroménagers et autres biens d’équipement qu’ils tiennent compte du cos(phi) dans le classement énergivore de leurs appareils.
    Je ne défends absolument pas les intérêts de EDF (et ses filiales) car je l’ai quitté au profit de ENERCOOP: sortons du nucléaire et vite!!!

    J'aime

  2. Puis-je avoir un recours sur l’installation du compteur linki, si le préposé qui interviendra sur la pose augmente la puissance de mon compteur actuel qui est à 6kw et ce depuis 8 ans. Normalement cela serait interprété par le « terme escroquerie…! » Merci pour votre réponse. très cordialement. Serge Cossoul

    J'aime

    1. Bonjour,

      Difficile de répondre à cette question. Normalement les poseurs Linky n’augmentent pas la puissance du disjoncteur existant, ils positionnent le disjoncteur interne du Linky à la valeur de l’abonnement souscrit. Ce disjoncteur étant modifiable à distance puisqu’il s’agit d’une fonction logicielle intégrée au Linky, elle peut donc être « upgradée » par Enedis lors d’une demande d’augmentation ou de baisse de votre abonnement. Les disjoncteurs étant à l’intérieur des logements, les poseurs n’y ont pas accès, sauf si vous les laissez entrer.

      J'aime

  3. Je suis en partie d’accord avec votre démonstration, mais vous oubliez une puissance qui se « rajoute » aux trois indiquées ( le terme rajouté ne doit pas être pris au sens mathématique car il s’agit de somme vectorielle)? il s’agit de la puissance dite « déformante » liée aux distortions harmoniques, que l’on retrouve de plus en plus sur le réseau, générées par les récepteurs non linéaires. En contact avec « ENEDIS », personne n’a pu me garantir que cette puissance que l’on doit subir, sera mesurée et facturée. La valeur de cette puissance est directement liée à la différence entre cos phi et facteur de puissance. Les factures avec les anciens compteurs étaient établies à partir d’une mesure de puissance en Kw en valeur efficace vraie dite « rms » avec les nouveaux compteurs, se rajouterait à cette valeur toute les puissances actives générées par la tension, l’intensité et le cos phi de chaque rang d’harmonique. la différence n’est pas négligeable…..

    J'aime

    1. Bonjour,

      Merci de votre précision, vous avez tout à fait raison, mais cette présentation est une schématisation simplifiée de la réalité afin que tout un chacun puisse comprendre facilement l’arnaque mise en œuvre par Enedis et EDF. Ce document reste compliqué pour les non initiés, pour cette raison, nous n’avons pas voulu en ajouter trop en parlant des harmoniques et interharmoniques.

      J'aime

  4. Bonjour,

    Vos explications entre les limitations de débit avec l’ancien système et le nouveau est un peu trop simpliste. Avant, on souscrivait une puissance de 6kW (par exemple), c’était le disjoncteur qui était réglé sur 30A. Cela faisait (30Ax230V) donc 6900VA, et en considérant un facteur de puissance de 0,87, cela faisait bien une puissance active de 6000W. Avec le Linky, ce n’est plus le disjoncteur qui s’ouvre, et normalement, il est mis à son réglage max. C’est le Linky qui mesure et qui coupe, et son calcul ce fait sur la puissance apparente (VA), et donc pour 6kVA souscrit, vous n’avez plus que 5220W (pour un facteur de puissance de 0,87). D’où des coupure plus fréquentes et l’obligation de souscrire 7000VA pour obtenir le fonctionnement équivalent avec l’ancien système. Je ne pense pas que les courants harmoniques soient pris en compte dans le calcul de la puissance apparente dans l’actuel Linky, car ça nécessite une puissance de calcul plus importante pour faire le bon calcul.

    J'aime

    1. Merci de votre contribution, mais comme on l’expliquait dans un commentaire précédent, le but n’est pas de faire ici l’explication la plus technique possible. On ne va pas faire un cours de physique détaillé sur les principes de l’électricité, on tente simplement de vulgariser le principe du changement d’unité de mesure de la puissance afin que tout le monde puisse comprendre l’arnaque effectuée par Enedis.
      Votre explication est valable, malgré tout, vous prenez un facteur de puissance (ou cosinus phi) de 0,87. Ce n’est pas forcément la réalité. La tendance actuelle, avec les équipements électriques que nous avons dans nos habitations, est que le facteur de puissance serait bien inférieur à 0,87.
      Exemples de nos mesures :
      – ampoule classique : 0,99
      – robot multifonction : 0,97
      – aspirateur : 0,96
      – four à micro-ondes : 0,96
      – ordinateur portable en charge en activité : 0,91
      – ordinateur portable en charge en veille : 0,81
      – perceuse : 0,68
      – box Internet : 0,57
      – ampoule LED : 0,55
      – télévision classique active : 0,55
      – chargeur de téléphone portable : 0,54
      – ampoule fluocompacte : 0,53
      – télévision classique en veille : 0,03

      De plus, comme vous l’indiquez, en théorie le disjoncteur devrait être réglé à son maximum, or, les poseurs n’ont pas pour instruction de régler le disjoncteur, et comment pourraient-ils le faire lorsqu’ils remplacent les compteurs électriques à l’extérieur sans la présence des résidents (souvent sans l’accord de ces derniers) alors que le disjoncteur est toujours à l’intérieur du logement ?
      Je ne pense pas que les personnes laissent leur logement ouvert au cas où !

      J'aime

  5. Cet article est faux. Le disjoncteur interne du linky ne mesure pas la puissance apparente. Il disjoncte uniquement quand l’intensité consommée dépasse celle souscrite. Le problème c’est qu’il est bien plus précis que l’ancien disjoncteur thermique… Il n’y a pas de tolérance du dépassement !

    J'aime

  6. Bonjour,

    Désolé de vous contredire Monsieur Touzet, mais c’est votre affirmation qui est fausse. Vous ne connaissez visiblement rien au compteur Linky.
    Premièrement, vous parlez du disjoncteur interne qui ne mesurerait pas la puissance apparente, je vous signale au passage qu’un disjoncteur ne mesure pas mais disjoncte, c’est le contrôleur de mesure qui est chargé de la mesure sur le Linky, et il donne ensuite l’ordre à l’organe de coupure (disjoncteur interne) de disjoncter lorsqu’il y a dépassement de la capacité autorisée (intensité autorisée).
    Deuxièmement, vous affirmez que la puissance apparente n’est pas mesurée, alors expliquez nous pourquoi l’affichage du Linky est exprimé en kVA ?
    Je vous rappelle que le kVA est l’unité de mesure de la puissance apparente alors que le kW est celle de la puissance active le kVar est celle de la puissance réactive.
    La mesure de la puissance est bien effectuée sur la puissance apparente (kVA), en revanche la consommation est toujours mesurée en kWh comme sur les anciens compteurs, mais il semble que cette subtilité vous ai échappé.
    Troisièmement, le compteur Linky n’est pas plus précis que les autres compteurs il ne mesure tout simplement pas la même puissance.
    Regardez également l’étude de l’Université de Twente aux Pays-Bas qui montrent l’arnaque de certains compteurs communicants avec leur module métrologique basé sur des capteurs à effet Hall ou Rogowski.
    Je vous conseille fortement de vous plonger dans les documentations afin de mieux maitriser le sujet Linky avant de dénigrer les informations que l’on a fourni. Après, vous pourrez parler en connaissance de cause, mais pour le moment, vous n’y connaissez pas grand chose.
    Non seulement il n’y a pas de tolérance avec le Linky, mais surtout c’est qu’il y a moins de puissance autorisée qu’avant puisque ce n’est plus la même puissance qui est mesurée.
    De plus, regardez ce qu’il se passe avec le compteur triphasé Linky qui contrairement aux anciens compteurs, n’autorise pas la répartition de la puissance sur l’ensemble des 3 phases. Désormais chaque phase est bridée à 1/3 de la puissance totale, mais ça encore, ça a dû vous échaper Monsieur le « Spécialiste » dont la devise doit être « je ne sais rien, mais je dirai tout ».
    Bien à vous.

    J'aime

  7. Bien sur que le disjoncteur ne mesure rien puisqu’il est juste l’organe de commande d’une décision de coupure prise par la carte de contrôle du linky. Celle-ci mesure en effet tous les paramètres de l’énergie électrique consommée (tension, déphasage, et intensité…) avec des performances normalement suffisantes pour considérer le comptage comme métrologique (mesures des valeurs RMS en particulier).
    Il faut aller voir les documents techniques concernant le linky pour savoir quelle est la stratégie de coupure appliquée au disjoncteur interne du linky.
    Ce document est accessible ici:
    http://www.enedis.fr/sites/default/files/Sequelec_GP15_Linky_2017_03_01.pdf
    D’autre part, je n’est pas parlé de précision de comptage mais d’absence de tolérance à la surcharge.
    Comment est mesuré la surcharge sur le linky ?
    Elle résulte d’une mesure électronique de l’intensité et c’est un algorithme qui décide de l’instant où la coupure va être réalisée.
    Comment était mesuré la surcharge avant linky ?
    Dans le disjoncteur indépendant, c’est l’effet thermique sur un bilame qui provoque la coupure, il faut un certain temps pour disjoncter (le temps que le bilame chauffe) et quand on est juste un peu au dessus du seuil de coupure, il faut ‘assez longtemps’ (cela dépend de la température ambiante et d’autres paramètres)
    En conséquence, le linky coupe plus vite sans tolèrance à la surcharge (c’est volontaire de la part d’enedis) et cela peut en effet poser problème en provoquant des coupures qui n’existaient pas avant l’installation du linky.

    J'aime

  8. Ah voila des précisions, c’est mieux en argumentant quand même. Il n’empêche que votre thèse sur la précision du compteur Linky n’a aucune valeur. Ce n’est pas un problème de tolérance ou de précision, la disjonction est liée au fait que la puissance mesurée n’est plus la même. Cette fois c’est la puissance apparente qui est mesurée, la notion de cosinus phi entre donc en jeu et par conséquent plus le cosinus phi est proche de 0, plus il y a déphasage et plus l’intensité du courant mesurée est forte et plus vite on disjoncte. Quoi que vous en pensiez et même si cela ne vous plait pas, c’est comme cela que fonctionne le Linky.
    Bon week-end et merci de votre contribution.

    J'aime

  9. Ce n’est pas que ça ne me plait pas, je connais les différences entre puissance active et puissance apparente et votre article ne présente pas d’erreurs manifeste concernant la différence entre les deux.
    Et je ne penses pas… Je lis la documentation technique concernant le compteur linky et il est écrit noir sur blanc qu’il coupe avec la même réponse qu’un disjoncteur thermique de calibre équivalent.
    C’est donc exactement comme dans le disjoncteur d’origine, quand l’intensité atteint une valeur déterminé, cela coupe après un temps dépendant de la valeur de la surcharge.
    Si le cos phi est mauvais (0,5 par exemple) pour l’intensité de coupure, la puissance active sera en effet réduite mais c’était la même chose avec le disjoncteur externe. Il faut donc chercher ailleurs la sensibilité supérieure à la coupure observée et c’est dans la rigueur du respect de la courbe de disjonction que la réponse ce trouve et pas ailleurs. L’ancien disjoncteur fonctionne avec un vrai bilame qui va se déformer en chauffant et actionner un levier pour provoquer la coupure, le linky simule cela et est bien moins tolérant… C’est en effet impossible avec le bilame de couper pile à l’intensité réglée, c’est du au principe même de fonctionnement, on sait bien qu’il est difficile d’avoir une grande précision avec des pièces mécaniques et des effets thermiques (déformation de pièces) alors qu’avec une mesure électronique c’est bien plus facile d’être précis et répétitif.
    Le compteur linky a des défauts (dont celui de couper le jus sans délais en cas de surcharge) mais ce n’est pas le plus grand…
    Sa grosse lacune c’est qu’il ne va pas assez loin dans le net-metering en ne permettant pas de piloter directement les appareils de consommation pour optimiser la consommation en fonction de l’offre énergétique qui va fortement évoluer dans le temps.
    Mais c’est un autre débat !

    J'aime

    1. Je pense qu’il sera difficile de vous convaincre, et en fait je ne le souhaite pas. Je préfère vous laissez dans vos croyances.
      De plus, lorsque vous parlez de la doc technique, si c’est le lien que vous avez mis dans l’un de vos message, alors moi je n’appelle pas cela de la documentation technique mais de la « documentation pour les nuls », il n’y a rien, ce n’est que le guide pratique de SéQuélec.
      Merci de nous faire suivre la doc technique dont vous parlez, cela permettra de faire avancer le débat …

      Sachez que quoi que vous disiez sur ce sujet, les faits sont là. Les personnes disjonctent dès l’arrivée du Linky, vous argumentez sur une tolérance qui ne serait pas la même le problème est liée aux mesures qui ne sont plus les mêmes. Et c’est là tout le débat, et comme je vous le conseillais, avez-vous regardé du côté du Linky triphasé, vous aurez de grosses surprises. Je peux vous assurer que nous avons beaucoup de retour négatifs avec ces compteurs et plus encore que les monophasés.
      Bonne soirée.

      J'aime

  10. Villa à la montagne(500 mts altitude au sud de Grenoble) ce compteur commence à disjoncter régulièrement depuis deux jours.EDF ne peut rien, plus de techno! plus de
    déplacement, Enedis ne répond pas,pourquoi ? y a t-il moins d’alimentation ces jours-çi *? Le compteur lui-même avec ses capacités ? Quelqu’un viendra peut-être courant
    Janvier….D’ici là, gelez-vous !
    * Sur le réseau bien entendu ?

    J'aime

  11. Bonjour le collectif et aussi Patrick Touzet (le débat d’idée contraires fait avancer le schmilblick),

    Ma maison a 6 ans avec un abonnement 6kw.
    Le linky à 6 mois. Je viens de subir 2 coupures « PUISS DÉPASSÉE » cette semaine, rien auparavant.

    Après relance du linky : PUISS APP SOUTIR = 4200VA donc loin des 6kva (P SOUSCRITE)
    Pour info PUISS MAX SOUTIR =7803 VA mais rien ne m’indique que c’est la conso qui a fait disjoncter ou une vieille conso.

    Maison bioclimatique (chauffage poêle + soleil gratuit), fournisseur d’énergie Enercoop, cuisson au gaz bouteille, ampoules quasi toutes à led etc… Bref, je maîtrise ma consommation.
    J’ai lu sur le net que les soucis du linky peuvent mettre quelques mois avant de se faire connaître.
    Ayant peur d’avoir d’autres coupures, j’ai lu avec attention cette article qui me semble sensé. Malheureusement, je ne trouve aucune piste claire pour remédier au souci.

    Que peux on faire?

    1- mettre un délesteur ou autre appareil sur le tableau électrique.

    2- être encore plus vigilant aux consommations simultanées des machines (sèche linge, lave linge…)

    3-contacter Enedis et leurs demander une action . je vous cite : « Enedis peut augmenter ou diminuer à distance son niveau de disjonction en
    fonction de l’abonnement souscrit. »

    4- avez vous d’autres idées…🤔

    Un grand merci pour avoir vulgarisé ce sujet bien technique.

    J'aime

    1. Bonjour,

      Malheureusement, l’idéal aurait été de ne pas avoir le compteur/capteur Linky.
      La solution préconisée par Enedis est d’augmenter votre abonnement à 9 kVA. Il semble que cela soit gratuit la première année après l’installation du Linky suite aux nombreuses disjonctions chez les particuliers nouvellement installés en Linky.
      Nous ne savons pas si cette info est réelle, elle circule sur Internet. A vérifier.
      D’autres personnes mettent des programmateurs pour que les appareils fortement consommateurs de puissance apparente lors de leur démarrage, ne démarrent pas en même temps. Ils décalent le démarrage afin de ne pas soutirer toute la puissance en simultané, mais ce n’est qu’une solution bricolée !!
      En ce qui concerne votre question relative aux problèmes pouvant survenir plusieurs mois après l’installation du Linky, cela concerne généralement la mise en fonction du CPL pour automatiser les relèves de consommation.
      En effet, ce n’est pas parce que le compteur est installé, qu’il est actif. Dès qu’il est installé, il mesure la puissance apparente en kVA et les consommations en kWh.
      Mais en ce qui concerne la transmission de données automatique, cela n’est possible que lorsque le concentrateur de quartier est activé et pour cela il faut que environ 90% des compteurs liés au transformateurs de quartier soient installés et il faut que cela corresponde au planning technique d’Enedis.
      Lorsque ces conditions sont réunies, Enedis supprime les circuits bouchons qui bloquent le CPL sur le réseau électrique, active le concentrateur et active les échanges avec le Linky.
      C’est alors que les problèmes de santé peuvent survenir et les risques sur les appareils électriques de l’habitation.

      J'aime

    2. Le plus simple sera de souscrire un abonnement supérieur… ça m’étonnerai que le logiciel des linky soit mis à jour pour être plus tolérant à la surcharge !
      Sinon, le délesteur peut être une solution plus économique si le dépassement est provoqué par un appareil non indispensable momentanément (chauffage électrique). C’est par contre plus contraignant s’il s’agit de délester une machine à laver. Dans ce cas, il faut mieux différer son utilisation (mais cela amène une contrainte).

      J'aime

      1. Merci pour vos réponses.
        Je vois que rien est simple à part payer plus chère.
        Merci enedis pour les économies promises.
        Je vais persévérer et analyser qu’elles machines en simultanée fait disjoncter le linky.

        Pour ceux qui veulent agir sur les dangers du CPL, j’ai fait faire une électricité biocompatible.
        https://www.electromagnetique.com/preconisations,fr,8,20.cfm
        Normalement, le CPL ne doit pas émettre d’ondes dans ce cas là. A confirmer…car on parlait pas du linky quand j’ai construit.

        Pour 99% des maisons avec une électricité traditionnelle il existe des système à ajouter au compteur.
        https://www.electromagnetique.com/boutique/fiche_produit.cfm?ref=ZENPROTECT&type=54&code_lg=lg_fr&num=181
        Je sais pas si cela fonctionne mais ce qui est sûr c’est que c’est chère.

        Cdt
        Benoît

        J'aime

  12. Si, il y a bien des économies, mais … pour Enedis. Le but n’est que vous en fassiez, mais que eux, en fassent.
    Enedis, on parle bien entendu des dirigeants, et en aucun cas des hommes et femmes de terrain, se fiche royalement des besoins et intérêts des particuliers, le but étant de récupérer nos données de consommation et de les revendre.
    Et si un plus, il peuvent se faire un peu d’argent de poche avec l’augmentation des factures et des abonnements alors c’est du bonus.

    En ce qui concerne le Zen Protect que vous mettez en lien, sur le papier c’est bien car il bloque les radiofréquences entre 35 et 91 kHz donc celles correspondant au CPL des Linky G1 et G3. Dans la pratique, je ne sais pas si ce filtre électronique tient la « charge » lorsque le soutirage est important. Si vous avez des retours, merci de nous les communiquer.
    Avez-vous pu analyser la sinusoïde de votre installation avec un oscilloscope ?

    J'aime

    1. Avez-vous pu analyser la sinusoïde de votre installation avec un oscilloscope ?

      😌 mon installation biocompatible a été faîte par 2 électriciens compétents dans ce domaine en qui j’ai confiance. Mais je ne peux vous dire s’ils ont analysé la sinusoïde.

      J'aime

  13. TRES IMPORTANT. Vous avez omis de dire qu’Enedis n’a pas le droit de mesurer les puissances en KVA pour les particuliers. La mesure en KVA est réservée aux industriels.

    Au niveau de la méthode de mesure
    1) Mesures de protection contre la corruption des instruments de mesure.
    Le Linky n’est pas conforme à l’art. 8.1 De l’annexe 1 « Exigences essentielles » de la Directive Européenne N°2014/32/UE

    2)Au niveau du type d’énergie mesurée : (KVA au lieu de KW)
    Le linky n’est pas conforme à l’art. 4 de l’arrêté du 4 janvier 2012 relatif aux dispositifs de comptage sur les réseaux publics.

    Enedis est hors la loi et comme avec la bénédiction du gouvernement, seul une décision de justice pourra les faire reculer.
    Il est urgent de rejoindre la procédure collective nationale du cabinet Lesguevaques ( https://mysmartcab.fr/christophe-leguevaques/actions/refus-linky )

    J'aime

    1. Bonsoir,

      Merci pour cette information, que nous n’avons pas oublié de signaler car nous n’en n’avions, tout simplement, pas connaissance. Toutefois, après examen de l’article 4 de l’arrêté du 4 janvier 2012, il n’est pas évident d’y voir l’interdiction que vous mentionnez.
      https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=96AD9E9CB4AB97C103B9B8B789FE197E.tplgfr38s_3?idArticle=JORFARTI000025126363&cidTexte=JORFTEXT000025126353&dateTexte=29990101&categorieLien=id

      Pouvez-vous nous donner plus de précision ?
      Merci.

      J'aime

  14. Le progrès pour Enedis c’est de sortir en pyjama à 3 h du matin par -5° pour réenclancher ce Linky placé dans un coffret parfois à plus de 50 m de sa maison.
    Quand ma pompe à chaleur passe le relais à la chaudière électrique de 6 kw quand il fait trop froid, le Linky coupe le courant alors que mon abonnement qui est de 9 kw a très bien fonctionné pendant 30 ans sans coupure!
    Donc depuis la pose de ce compteur Linky de merde je me gèle.

    J'aime

      1. J’ai un compteur monophasé et je cherche un système pour n’alimenter au démarrage que 2 résistances sur 3 car les 6 kw sont l’addition de 3 résistances de 2 kw.
        Vive le progrès Linky!!!

        J'aime

      2. Malheureusement, votre témoignage s’ajoute aux nombreux témoignages que l’on reçoit régulièrement et à ceux que l’on trouve dans la presse locale sur l’ensemble du territoire, avec des conséquences plus ou moins graves suivant les cas.
        La seule solution que votre fournisseur d’énergie proposera sera d’augmenter votre abonnement à 9 kVA.
        Mais c’est encore pire avec le compteur Linky triphasé, car cette fois, chaque phase est bridée à 1/3 de la capacité de l’abonnement alors qu’avant le Linky, c’est l’ensemble des phases qui était mesuré, et une phase pouvait atteindre la limite de l’abonnement si les autres phases ne soutiraient pas de puissance.

        Quelques exemples de disjonctions :
        https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/linky-use-les-nerfs-de-deux-octogenaires
        http://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-ouest-lyonnais/2017/11/20/le-compteur-linky-d-une-saint-genoise-de-90-ans-disjoncte-22-fois-en-trois-jours
        http://www.laprovence.com/article/faits-divers-justice/4528260/compteurs-linky-ca-ma-fait-perdre-7000-euros.html

        J'aime

      3. Je vous remercie de votre réponse mais mon abonnement est déjà de 9kw.
        Donc ces 9 kwa du Linky ne supportent pas ma chaudière électrique de 6 kw!
        Je trouve que c’est grave car il y a 3 kw de différence.
        J’ai débranché1 résistance sur 3 et avec seulement 4 kw le compteur ne disjoncte plus mais l’eau dans la chaudière ne dépasse pas 30 °.
        Je voudrais qu’Enedis vienne constater que j’ai bien 9kw de puissance REELLE et si elle n’y est pas quils augmentent le réglage du disjoncteur dans le compteur sans m’obliger à augmenter ma puissance à 12 kwa.
        S’ils refusent je porte plainte pour escroquerie.

        J'aime

      4. Vous avez raison de ne pas vous laisser faire. Précision, l’unité de puissance des abonnements est passée en kVA depuis 2010, cela a été fait en douce en prévision de l’arrivée des compteurs Linky car 2010 correspond au début de la phase de test des Linky en Touraine et dans le grand Lyon.
        Bien entendu, ni Enedis (eRDF à l’époque) ni sa maison mère, EDF, n’ont communiqué sur ce sujet. Le fait que la puissance soit mesurée en kVA implique que le cosinus phi (ou facteur de puissance) des appareils électriques est désormais pris en compte.
        C’est l’une des nombreuses arnaques du Linky que les citoyens vont devoir subir s’ils ne s’opposent pas à cette technologie qui ne leur apporte rien. Les bénéfices, dans tous les sens du terme, ne profiteront qu’aux industriels et aux différents fournisseurs d’électricité.
        Vous pouvez porter plainte, et plus il y aura de personnes à le faire, plus la contestation anti-Linky prendra de l’ampleur.
        Si vous faites intervenir Enedis, il est certain qu’ils vous diront qu’avant vous aviez la chance de ne payer que pour 9 kVA alors qu’en fait l’ancien compteur était trop tolérant et qu’il vous autorisait à un dépassement de votre abonnement, c’est la réponse qu’ils font à toutes les demandes de ce type.
        Merci de nous tenir au courant. Bon courage.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s