Rassemblement anti Linky samedi 20 mai à 14h00 à Rennes

Le collectif Chartres de Bretagne   –   Collectif anti-linky 35
Lettres de refus (exemples à télécharger), sommation par huissier et protection du compteur
Pétition Anti-Linky

AVIS A TOUS LES OPPOSANTS AU LINKY : Rassemblement anti Linky samedi 20 mai à 14h00 à Rennes

L’ensemble des collectifs du département d’Ille et Vilaine s’organise pour l’information et la défense des droits des citoyens, une action de sensibilisation aura lieu le 20 mai à Rennes à 10h00 Place des Lices, elle sera suivie d’un pique-nique sur le Quai St CYR et se poursuivra à 14h00 Place de la République au centre de Rennes pour un rassemblement Anti Linky. N’hésitez pas à venir nombreux.

D’autre part, Jean Gaubert, le Médiateur national de l’énergie, qui était jusqu’à présent convaincu de l’intérêt des compteurs communicants, constate que les bénéfices pour les consommateurs tardent à se concrétiser et que tout retard supplémentaire pourrait compromettre la réussite du projet.

La lettre du médiateur de l’Energie

Alain Bazot Président de l’UFC – Que choisir, interviewé dans cette même lettre, abonde dans ce sens, en mettant en évidence l’intérêt du distributeur d’énergie et des fournisseurs qui a été la seule ligne conductrice de l’évaluation économique et des tests techniques des compteurs communicants au mépris des consommateurs qui n’ont jamais été consultés à ce sujet. Ces consommateurs dont nous faisons tous partis ont été pris en otage.

 

Linky : quand Ségolène Royal sermonne ENEDIS

Le collectif Chartres de Bretagne   –   Collectif anti-linky 35
Lettres de refus (exemples à télécharger), sommation par huissier et protection du compteur
Pétition Anti-Linky

L’association PRIARTEM (Pour Rassembler, Informer et Agir sur les Risques liés aux Technologies ElectroMagnétiques) a été reçue, mardi 25 avril 2017, par la Direction de Cabinet de la Ministre de l’Environnement (Ségolène Royal).

Dans cet entretien, l’association PRIARTEM a été informée que la Ministre critique sévèrement les conditions de déploiement du compteur Linky. Madame Ségolène Royal a envoyé un courrier au Président du Directoire d’Enedis, Monsieur Philippe Monloubou dans lequel elle indique :

« Le déploiement du compteur Linky ne doit en aucun cas être une contrainte imposée aux usagers et je vous demande de faire cesser ces pratiques qui contredisent ma volonté de faire adhérer l’ensemble des français à la transition énergétique de manière positive et participative ».

Janine Le Calvez, Présidente de PRIARTEM, indique que ce rappel à l’ordre adressé par la Ministre à Philippe Moloubou, est le bienvenu et va permettre à chacun de faire valoir son bon droit et légitimer son refus d’une installation contrainte.

    L’ONG rappelle également que :

  • Il n’y a pas de littérature scientifique sur les effets des rayonnements du Linky sur la santé
  • Qu’il s’agit d’une exposition chronique à des niveaux loin d’être négligeables
  • Que la question de l’adéquation des normes est toujours posée
  • Que les plaintes qui remontent sont déjà conséquentes

Communiqué de PRIARTEM
Télécharger le communiqué de PRIARTEM en PDF

Les Chartrains qui refusent le compteur Linky en restant porte close à l’arrivée impromptue des poseurs, reçoivent actuellement des courriers de la part d’Enedis pour les contraindre d’accepter l’inacceptable.

Le contenu est mensonger comme à son habitude et nous vous invitons à ne pas céder au chantage.

Encore une fois, la loi n’impose à aucun moment d’accepter le compteur Linky. Des menaces, rien que des menaces : il n’y a ni facturation supplémentaire pour la relève des compteurs, ni aucune pénalité. Ce qui est de surcroit complètement illégal en l’état actuel des choses et qui plus est, avant la fin du déploiement sur la France car cela laisserait sous-entendre une inégalité entre les Français.

Rappelons les propos de Bernard Laurans, Directeur régional d’Enedis Bretagne, sur France Bleu Armorique le 02/02/2016.

Pour renforcer cette fronde, Le collectif Anti-Linky 35, qui mutualise tous les Collectifs du département y compris celui de Chartres de Bretagne, s’est réuni dernièrement et appelle à un rassemblement sur Rennes le samedi 20 mai à 14h00 Place de la Mairie contre le remplacement des compteurs actuels par les compteurs Linky.

La dictature du Linky

Le collectif Chartres de Bretagne   –   Collectif anti-linky 35
Lettres de refus (exemples à télécharger), sommation par huissier et protection du compteur
Pétition Anti-Linky

Devant la course effrénée de Feedback et de Enedis qui ne respectent en rien la volonté des Chartrains :

  • en imposant les compteurs Linky au forcing
  • en se présentant sans rendez-vous ou obtenu à force de harcèlement téléphonique
  • en intimidant par un « dernier passage avant pénalités » notifié manuscritement sur l’avis de passage
  • en déchirant les lettres recommandées et les sommations d’huissiers à ne pas faire apposées sur les compteurs électriques
  • en coupant le courant électrique sans avoir prévenu au préalable les intéressés

Nous avions décidé mardi dernier d’intervenir directement chez les particuliers, en même temps que les poseurs. Nous étions présents pour nous assurer que les Chartrains démarchés n’étaient pas contraints d’accepter le compteur mais que cela relevait bien de leur propre choix.

Dans la plupart des cas, les Chartrains consultés, nous ont confié qu’ils avaient été harcelés au téléphone, et que devant les menaces d’intimidation :

  • paiement d’une amende
  • facturation du compteur
  • coûts très élevés de la relève des compteurs …

ils s’étaient résignés à accepter contraints et forcés.

Nous nous sommes mis en devoir de leur expliquer que toutes ces allégations n’étaient que pur mensonge, les laissant ensuite libre de leur choix.
Feedback et Enedis sont de retour et prêts à tout …

L’un des poseurs, pour une fois très correct,  s’est vu obligé de contacter sa hiérarchie pour lui demander la marche à suivre puis nous a signalé qu’il devait déposer plainte contre le Collectif à la gendarmerie de Bruz.

Avant midi, certains membres du Collectif se sont rendus à la Mairie pour l’informer de notre démarche. Monsieur Bonnin étant une nouvelle fois absent tout comme son premier Adjoint, c’est le Policier Municipal qui s’est mis en devoir de les recevoir, rejoint peu de temps après par deux gendarmes de Bruz.

Et là, stupeur ! Certains membres du Collectif étaient accusés de harceler et d’intimider les poseurs de Feedback et donc passibles de la Loi pour avoir suivi les poseurs dans le but de connaitre leur destination et de les avoir surveillés pour savoir s’ils n’outrepassaient pas leur droit en faisant fi des refus des Chartrains.

Les gendarmes sont allés jusqu’à se rendre au domicile de l’un des membres du Collectif pour lui signifier qu’il s’agissait du dernier avertissement avant …

Que dire alors du harcèlement téléphonique de Feedback qui démarche les Chartrains récalcitrants plusieurs fois par jour ? Les gendarmes de Bruz nous ont répondu : « ce n’est que de la PUBLICITE pour Enedis » !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Rappelons que les planificateurs de prise de rendez-vous se doivent d’être à l’écoute du client. C’est l’une des qualités requises d’après les planificateurs eux-mêmes

Enedis est à l’écoute du client !!!!! (à 1min54)

Que faire si les poseurs interviennent alors même qu’une demande de ne pas faire signifiée par voie d’huissier figure sur le compteur ? Les gendarmes ont ajouté que les compteurs appartenaient à Enedis et que s’ils étaient sur la voie publique, cela  ressortait de l’infraction civile et la gendarmerie ne pouvait recevoir les plaintes !!!!

Nous rappelons que les compteurs n’appartiennent pas à Enedis mais aux communes ou communautés de commune. Une information capitale et pourtant ignorée par les gendarmes de Bruz.

Que faire si les poseurs rentrent dans la propriété (jardin…) et tentent de changer le compteur contre l’avis signifié du propriétaire ou du locataire, qu’il soit présent ou non ? Ça relève de l’infraction pénale et la plainte est recevable par la gendarmerie, nous a appris cette dernière.

Comment expliquer alors que la gendarmerie de Bruz ait refusé de prendre la plainte d’un habitant de Pont Péan qui s’est retrouvé devant le fait accompli en constatant que les poseurs avaient violé l’accès de sa propriété en posant un compteur communiquant alors même qu’il avait effectué toutes les démarches légales pour le refuser ?

Enedis aurait une autorisation préfectorale pour pénétrer dans les propriétés privées, dixit la gendarmerie qui refuse de prendre la plainte et considère cette infraction comme civile et non pénale. Curieux, non ?

Nous avons également pu constater que la gendarmerie de Bruz ne cherche absolument pas à obtenir d’information concernant le Linky alors que nous leur en proposions, pire encore, elle diffuse de fausses informations au profit d’Enedis.

D’autre part, ce même jour, nous avons appris par l’un des poseurs, que l’incendie qui s’est déclaré et a détruit en partie une maison à Chartres de Bretagne, la rendant inhabitable, serait bien lié au compteur Linky qui venait d’être installé et plus exactement à un mauvais serrage lors de la pose.

Même constat pour le standard téléphonique de l’école de musique, détruit suite à la pose du compteur Linky. Nous savons de source sûre que le coût du remplacement s’élève à 3000 euros, information non démentie par Monsieur Miclard, premier adjoint du Maire, rencontré dernièrement à la Mairie au sujet d’un Chartrain, chez qui une pose forcée d’un Linky venait d’être effectuée malgré la sommation.

Qui va payer la facture ?

Nous vivons dans un monde hallucinant ou Enedis et ses complices font la Loi en France ! Et il faudrait laisser faire !

Résistons ! Portons plainte ! Ne nous laissons pas intimider ! Nous sommes dans notre Droit !

Le Droit de protéger notre SANTE, notre VIE PRIVEE et notre LIBERTE.

VIOLATION DE DOMICILE : les consignes de la honte d’ENEDIS

Le collectif Chartres de Bretagne   –   Collectif anti-linky 35
Lettres de refus (exemples à télécharger), sommation par huissier et protection du compteur
Pétition Anti-Linky

Le 03/03/2017, nous avons appris que la gendarmerie de Bruz indiquait que la préfecture aurait donné l’autorisation de pénétrer sur le domaine privé pour installer le Linky :
La Gendarmerie indique que la Préfecture aurait donné autorisation de pénétrer sur le domaine privé pour installer le Linky

Dernièrement, certains ont pu mettre la main sur la fiche confidentielle de consignes d’Enedis à ses installateurs, pour les pousser à violer les propriétés privées et imposer les Linky aux nombreux citoyens qui n’en veulent pas.


Pétition nationale contre les agressions physiques, les violations de domiciles, les menaces, les mensonges …

Nous comprenons mieux l’acharnement des poseurs qui effectivement ne reculent devant rien puisqu’ils ont l’aval d’Enedis.

Une nouvelle qui ne doit pas nous laisser indifférents : Feedback est présent en force sur Chartres de Bretagne depuis le mardi 18 avril pour poser les compteurs sans prise de RDV de 08H00 à 20H00.

Ne nous laissons pas faire ni intimider. Nous sommes face à des mercenaires prêts à tout pour imposer les compteurs.

Que tous ceux qui sont contre ce diktat, ne se laissent pas asservir.

Notre SANTE et notre VIE PRIVEE sont en jeu. Résistons !

Le retour en force du Linky : un déni de démocratie sans précédent

Le collectif Chartres de Bretagne   –   Collectif anti-linky 35
Lettres de refus (exemples à télécharger), sommation par huissier et protection du compteur
Pétition Anti-Linky

Depuis plusieurs mois nous luttons sur plusieurs fronts pour faire entendre nos voix et  obtenir le retrait des nouveaux compteurs communicants. De nombreux  collectifs se sont créés, c’est le cas notamment du Collectif Anti-linky 35 qui mutualise les ressources de la région. D’autres sont en passe de le devenir, comme celui de Rennes la semaine dernière. Nous déployons énormément d’énergie lors des réunions d’information et pour que les Politiques de tout horizon reconnaissent le bien fondé de nos actions. Quelques-uns n’y prêtent que peu d’attention, d’autres disent qu’ils vont faire quelque chose, certains ont déjà pris des décisions contre ces compteurs et ont suffisamment de courage pour s’y tenir.  Mais il est vrai qu’à la veille des élections Présidentielles et Législatives, les promesses sont de bon ton et il est curieux que certains reviennent vers nous, alors que nous les avions interpelés à maintes reprises sans succès.

C’est le cas de Madame Anne-Marie Chapdelaine,  Députée sortante de  Rennes Sud. Nous l’avions rencontrée le 28/11/16 à ce sujet, elle semblait sensibilisée à la cause et se disait prête à étudier le dossier si nous lui fournissions un récapitulatif de celui que nous lui soumettions. Chose que nous nous sommes empressés de mettre en œuvre une semaine plus tard par courrier recommandé avec accusé de réception. Dans cet envoi nous lui posions également une vingtaine de questions très précises pour lesquelles nous attendions des réponses. En janvier, n’ayant aucune nouvelle (mis à part le récépissé), nous avons profité des vœux de nouvelle année pour nous rappeler à son bon souvenir.  Mais là non plus, aucune réaction. Il aura fallu attendre le 23/03/17 pour que Monsieur Pierre Morin, son collaborateur, daigne nous écrire pour nous apprendre qu’il aurait, selon ses propres dires,  « écrasé le mail » par lequel nous  interrogions Marie-Anne Chapdelaine  en nous demandant de le lui retransmettre.

Nous ne sommes pas dupes et nous n’avons pas manqué de leur rappeler qu’il est vraiment navrant que les Politiques privilégient avant tout  leurs mandats électoraux et leur carrière avant d’être à l’écoute du Peuple. Et qu’il ne fallait pas qu’ils s’étonnent ensuite que celui-ci soit dégouté du peu d’intérêt qu’ils leur portent. Un Député  ne se doit-il pas de représenter la Nation, les citoyens, les habitants de leur circonscription auprès des institutions ?

Dans le même ordre d’idée, Monsieur Philippe Bonnin, actuel Maire de Chartres de Bretagne, s’était engagé lors du Conseil Municipal du 07/11/16 à « retirer les compteurs Linky posés chez des clients ayant préalablement signifié par courrier à ENEDIS leur refus ».

Il s’avère qu’il n’en est rien…

 

Mardi dernier, le 11/04/17 à 8h30, un couple de chartrains qui avait mis tout en œuvre pour refuser ce compteur y compris une sommation de ne pas faire signifiée par voie d’Huissier, s’est vu installer un Linky par le prestataire Feedback, sous-traitant d’ENEDIS. Sans être prévenu, le courant électrique a été coupé, la sommation d’huissier apposée sur le compteur, arrachée,  et ces Chartrains n’ont rien pu faire pour empêcher le poseur d’accomplir son méfait. Ces méthodes de voyou sont entachées d’illégalité, la loi est usurpée mais malgré tout, après avoir alerté Monsieur Alain Miclard, en l’absence du Maire, il semblerait, que la Mairie ne puisse rien faire et ce après avoir pris contact avec ENEDIS.

Cet exemple n’est malheureusement pas isolé, de nombreux Chartrains se retrouvent devant le fait accompli : Feedback n’en est pas à son coup d’essai et passe ses journées à roder dans Chartres, à guetter pour passer à l’attaque dès que l’occasion se présente et notamment chez les récalcitrants. S’ils voulaient cacher quelque chose ils ne s’y prendraient pas autrement…

Comment expliquer que le Maire de Saint Lunaire, Michel Penhouet ait pu obtenir d’Ivan Saillard, Directeur territorial d’ERDF en Ille et Vilaine, le non déploiement des compteurs chez les gens qui n’en voulaient pas, après s’être battu en imposant un moratoire pour sa commune ? Ce Maire ne s’est pas rendu complice des actes malveillants  d’ENEDIS et de ses prestataires. Il a su défendre ses administrés.

Comment imaginer alors que Monsieur Bonnin, qui n’est pas à même de faire respecter sur sa propre commune, un engagement pris lors d’un Conseil Municipal, puisse se présenter aux prochaines élections législatives dans la 4ème circonscription (Redon) en juin prochain?

 

Mais plus rien ne nous étonne, Monsieur Philippe Bonnin tente de nous intimider en adressant au Collectif de Chartres de Bretagne le 06/04/17 un courrier dans lequel il nous demande de retirer certains propos sur le Blog et sur Facebook qu’il considère comme infondés et virulents à son encontre sous peine d’une démarche contentieuse à notre égard. Il nous informe également qu’il serait intervenu publiquement pour clarifier certains points qui feraient l’objet d’interprétations fausses de notre part.

Mais à quoi fait référence Monsieur Bonnin ? De quels propos s’agirait-il ?

Nous n’avons pas eu écho d’une quelconque intervention publique démentant certaines de nos interprétations. Car à preuve du contraire, les seules interventions publiques de sa part faisaient suite à nos propres demandes  de clarification et notamment concernant le cas de Madame L, victime de plusieurs malaises suite à la pose du Linky. S’en sont suivies les manœuvres de désinformation par voie de presse interposée pour discréditer le Collectif quant au bienfondé du retrait du compteur Linky chez cette dame. Plusieurs personnes présentes peuvent en témoigner.

Nous n’avons fait que relater les faits, rien de plus… De là à penser que toute vérité n’est pas bonne à dire …

D’autre part,  nous avons également été témoins lors du Conseil Municipal à Pont Péan le 14/02/17 du peu de considération de certains élus qui se refusent d’écouter de simples citoyens, inquiets de la pose de ces compteurs communicants. Qui ne prennent aucune note, pire encore, quittent la séance sans aucun scrupule, n’acceptant aucun échange. Ce fut le cas de 7 élus sur les 14 présents. L’une des fonctions d’un élu n’est-elle pas, encore une fois, d’être à l’écoute de tout citoyen lambda ?

Force est de constater que certains élus ne jouent pas leur rôle et prétendent néanmoins, pour certains, à la fonction de Député lors des prochaines législatives.

Quoiqu’il en soit le combat justifié contre le Linky et autres compteurs communicants est loin d’être terminé, la Justice n’a pas dit son dernier mot et certains Maires informés, ont le courage de s’opposer à leur déploiement, c’est également le cas de la Commune de Bovel qui a refusé dernièrement et à l’unanimité,  la pose du compteur Linky lors du Conseil Municipal.

De même sur Chartres de Bretagne, nous ne lâcherons certainement pas l’affaire et allons tout entreprendre pour que les personnes qui se sont vues imposer le Linky alors qu’elles ne le souhaitaient pas, se voient remettre leur ancien compteur et que cesse le harcèlement téléphonique d’ENEDIS et Feedback chez les Chartrains qui refusent le Linky.

 

La SANTE, est notre bien le plus précieux,  et notre VIE PRIVEE nous appartient. Ne l’oublions pas…

 

Réunion d’information à Rennes

Le collectif Chartres de Bretagne   –   Collectif anti-linky 35
Lettres de refus (exemples à télécharger), sommation par huissier et protection du compteur
Pétition Anti-Linky

A l’initiative du Collectif Anti-Linky de Rennes et de l’Association Empreinte, une réunion d’information sur le Linky est organisée, mercredi 5 avril à 20H00, à la Maison de la Consommation et de l’Environnement (MCE), à côté des Champs Libres.
Capacité de la salle : environ 100 places.

Maison de la Consommation et de l’Environnement
48, boulevard Magenta
35000 RENNES

Contacter le Collectif Anti-Linky de Rennes : antilinky.rennes@gmail.com

Cette réunion d’information sera l’occasion de présenter le compteur Linky et les autres compteurs communicants, qui arriveront prochainement (gaz et eau), et sera suivie d’un débat questions / réponses.

Les principaux points abordés seront :

  • les dangers pour la santé
  • le respect de la vie privée
  • les augmentations des factures et des abonnements
  • l’empreinte écologique
  • le piratage et les black-out
  • les risques d’incendies
  • les suppressions d’emploi
  • les méthodes pour se protéger ou refuser


Le Collectif Anti-Linky 35 vient de voir le jour. Il a pour principaux buts, la mutualisation des ressources des différents collectifs du département et l’assistance aux personnes n’ayant pas de collectif dans leur commune. Vous pouvez le contacter à l’adresse suivante : collectifantilinky35@orange.fr

Le compteur intelligent se fait beaucoup d’argent

Le collectif Chartres de Bretagne
Lettres de refus (exemples à télécharger), sommation par huissier et protection du compteur
Pétition Anti-Linky

Nouvel article du Canard Enchainé sur le Linky ce mercredi 29 mars. A la lecture de ce dernier on apprend qu’Enedis, touche une marge de 7,25% sur les compteurs Linky, et que la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) lui a également octroyé une prime supplémentaire de 3% en cas de respect du calendrier.

10,25% de marge pour chaque compteur posé ! Elle est pas belle la vie ?
On imagine que les cadres d’Enedis doivent toucher de belles primes. Quelle aubaine ce Linky !

Zoom sur l’article du Canard enchaîné

Transcription de l’article
Le compteur intelligent se fait beaucoup d’argent

Que le prochain président s’appelle Le Pen, Macron ou Poutou, une chose est sûre : nombre de phénomènes se dérouleront imperturbablement comme avant. Exemple : les 59 réacteurs nucléaires continueront d’alimenter sans mollir nos Smartphone – Hollande n’ayant pas tenu sa promesse numéro 41 de fermer Fessenheim. Autre exemple : les Agents d’Enedis, filiale à 100% d’EDF (autrefois dénommé ERDF) continueront d’équiper à marche forcée les foyers français de compteurs Linky, les fameux « compteurs intelligents ».

Actuellement, ils en posent pas moins de 18 500 quotidiennement. A la fin de l’année, ils seront passés à la vitesse supérieure, avec 35 000 par jour. Leur but : équiper en quatre ans maxi les 35 millions de foyers français. Pourquoi tant de hâte ? Parce que l’Etat a autorisé la filiale d’EDF à empocher une marge de 7,25% sur les compteurs et que la Commission de régulation de l’énergie y a généreusement ajouté une prime de 3% si le calendrier est respecté. Même si ce coût n’est pas réclamé à l’usager, il le retrouvera habilement distillé sur ses factures. 10,25% en tout : ça c’est de la rentabilité !

Les bénéfices ont déjà commencé à pleuvoir chez Enedis (« Les Echos », 24/3), et comme ils portent sur un coût total de 5 milliards d’euros au bas mot… On comprend dès lors pourquoi la fronde anti-Linky énerve énormément EDF.

Plusieurs dizaines de collectifs d’opposants. Plus de 300 conseils municipaux pondant des arrêtés interdisant la pose des compteurs chez eux (rappelons que les 35 millions de compteurs actuels, qui marchent très bien, appartiennent aux communes). De multiples batailles juridiques menées par les préfets contre ces maires récalcitrants. Des manifs d’opposants ici et là (à Paris la semaine dernière).

Des débats toujours ouverts sur la dangerosité des ondes électromagnétiques émises par ces compteurs, et sur le danger qu’ils font courir à la vie privée en relevant et en communiquant la consommation tous les quarts d’heure. Une interrogation, aussi, sur la réelle utilité de ce déploiement massif : supprimer des milliers de postes de releveurs de compteurs ? mieux gérer ls pics de consommation ? repérer les fraudeurs ? couper d’autorité le courant aux mauvais payeurs ? vendre les données personnelles aux fournisseurs d’énergie ? Des récits de dysfonctionnements induits par les compteurs déjà posés – appareils qui s’emballent, plombs qui sautent (« La Voix du Nord », 23/3). Bref, le grand déploiement fait des vagues…

Surtout : tout droit sorti de l’imagination de technocrates autoritaires peinturlurés en vert, Linky veut entrer de force dans chaque foyer et se prétend obligatoire (alors qu’en Allemagne, par exemple, il ne l’est pas.Stéphane Lhomme, l’un de ses plus ardents opposants : « Nous ne demandons même pas l’annulation de ce programme. Nous demandons le respect de la volonté des communes et des habitants qui ne veulent pas les compteurs. Au moins, qu’on respecte cette volonté-là ! » (site de l’ « Huma », 22/3). Ah, ces écolos obscurantistes qui veulent revenir à la bougie et à la démocratie…

Jean-Luc Porquet

(1) Vient de sortir : « Sexy, Linky ? », par Nicolas Bérard, Le Passager clandestin/L’Age de faire, 100 p., 4€.

Le « Canard enchainé » – mercredi 29 mars 2017 – 5